Burkina : Blaise Compaoré « a sifflé la fin de la recréation » au CDP

0
"Kadré Désiré Ouédraogo n'est pas candidat du CDP", selon la direction politique nationale du CDP


L’ex parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) était face à la presse le mardi 11 juin 2019 au siège du parti sis à Ouagadougou, pour annoncer la tenue de son congrès extraordinaire qui permettra au parti de s’adapter à la nouvelle donne et à ses textes. Au cours de cette rencontre, la direction politique nationale du parti a indiqué que le président d’honneur Blaise Compaoré, ancien président du Faso, a souhaité que le CDP se dote lui-même de sa propre procédure de désignation de candidat et de tout cadre du parti.

A l’issu du congrès ordinaire du parti tenu les 5 et 6 juin 2018, le CDP, selon Achille Tapsoba, principal conférencier, vit « une situation qui ne respecte pas l’esprit » de ses textes. Mais le congrès extraordinaire programmé pour le 16 juin prochain, viendra donc « corriger cette situation ».

« On veut nous obliger à dire que Kadré Désiré Ouédraogo est notre candidat »

En effet, selon ses explications, les textes du parti prévoyaient un bureau politique national (BPN) de 600 membres. Mais au sortir du 7e congrès, le BPN s’est retrouvé à plus de 1 000 membres. « Toute chose qui ne respecte pas les textes de nos statuts et règlements », a dit Achille Tapsoba.

Ce congrès, a précisé Achille Tapsoba, « n’est nullement le congrès de désignation du candidat du parti à l’élection de 2020 comme véhiculé dans certains milieux », mais plutôt un congrès qui permettra au parti de toiletter ses textes afin d’être en adéquation avec ses délibérations.

« On veut nous obliger à dire que Kadré est notre candidat… »

La direction politique nationale est revenue sur le cas de Kadré Désiré Ouédraogo, appelé à être candidat aux élections présidentielles de 2020 par une partie de la population. Mais au CDP, pour qu’il y ait un candidat, a expliqué Achille Tapsoba, il faut que le parti se soit organisé pour aller à la désignation de ce candidat. « Aujourd’hui le parti a dit, a redit et a répété à satiété qu’il n’a pas encore organisé la procédure pour désigner le candidat », a affirmé M. Tapsoba. En conséquence, insiste-t-il, « Kadré Désiré n’est pas le président du CDP ».

L’ancien cadre du parti aurait lui-même reconnu qu’il n’est candidat d’aucun parti. Mais, « on veut nous obliger à dire que Kadré est notre candidat, c’est quelle affaire cela? », s’interroge Achille Tapsoba. Il explique que l’article 12 des règlements et statut du CDP stipule que les militants du parti ne soutiendront que le candidat investi par le parti. Chaque militant d’un parti doit respecter les obligations de ce parti, selon lui. L’une de ces obligation, dit-il, « ce n’est pas de se lever pour s’autoproclamer candidat alors qu’on sait que le parti a des exigences, des procédures et des règles ». « C’est ce qu’on appelle de l’indiscipline caractérisée », lance-t-il.

Le président d’honneur Blaise Compaoré a dit…

Dans une lettre adressée au Bureau exécutif national, le président d’honneur du parti Blaise Compaoré aurait marqué « son accord pour la convocation d’un congrès extraordinaire dans le but de relire les textes fondamentaux du parti pour régler la question d’effectif du bureau exécutif national… ».

Dans la même lettre, Blaise Compaoré aurait dit, concernant la candidature aux élections présidentielles de 2020, que « le CDP doit se doter lui-même de sa propre procédure de désignation de candidat, et tout cadre du parti qui voudrait exprimer ses ambitions comme président aux présidentielles devait justifier d’un militantisme dynamique, donc actif », à en croire M. Tapsoba, qui ajoute que le président d’honneur du parti, dans sa lettre, a ainsi «sifflé la fin de la récréation, a donné carton rouge à ceux qui n’ont pas respecté les règles du jeu et qui ont été avertis par le carton jaune deux fois ».

Armand Kinda

Minute.bf