Aïd El Kébir: Les fidèles musulmans de Banfora prient pour le retour de la paix au Burkina

0

C’est autour des thèmes de cohésion sociale, pardon et partage que la population de Banfora a célébré la fête de tabaski de cette année. Réunis par milliers sur la place de la mairie de Banfora depuis très tôt le matin c’est aux environs de 8h55mn que la prière a débuté, en présence des autorités de la région.
Après les deux rakkats, le grand imam de la ville de Banfora, Amadou SANOGO, a procédé à la lecture des passages du livre saint (le coran) en relation avec le sacrifice du mouton. Il a imploré Allah à veiller sur le Burkina Faso en ces termes : « nous commençons par remercier bon Dieu, lui qui nous a permis de voir ce grand jour ainsi que le prophète Mohammed, que paix et salut soit sur lui. Après cela nous saluons toute la population des Cascades en général et celle de Banfora en particulier ».

Par la suite, les fidèles musulmans ont souhaité que la paix revienne au pays. « Nous savons tous dans quelle situation se trouve notre pays aujourd’hui donc nous souhaitons que la paix, la cohésion, la solidarité, le pardon et le vivre ensemble reviennent au Burkina Faso. Rien ne peut se construire s’il n’y a pas de paix ni d’entente. Tous les Burkinabè doivent se mettre en tête que nous n’avons qu’un seul pays qui est le Burkina Faso. Si nous le détruisons c’est nous même que nous détruisons également bonne fête a tous et à toutes et que dieu bénisse notre cher pays le Burkina Faso ».

En empruntant la même trompette, le président du conseil régional des Cascades Drissa n’golo OUATTARA a lancé un appel à tous les Burkinabè : « L’appel que je vais lancer à l’endroit de tous les Burkinabè à l’occasion de cette fête de tabaski, c’est qu’on se donne la main pour construire notre pays afin d’avoir la paix et non le détruire. Si lorsqu’on est uni on gagne tout ce qu’on demande à Dieu. Aucun pays ne peut se développer dans le désordre ».

ADAMA TRAORE ;

CORRESPONDANT DE minute.bf BANFORA