Charles Blé Goudé : « Nous avons une offre politique pour les Ivoiriens »

0


Charles Blé Goudé, ancien ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo entre 2010-2011, a accordé un entretien depuis La Haye à une chaine française. Le « général de la rue » a dévoilé ses ambitions à « diriger un jour » la Côte d’Ivoire afin d’amener les Ivoiriens à faire la politique autrement.

« J’ai l’ambition de diriger un jour mon pays avec une équipe qui comprendra qu’il faut faire la politique autrement en Côte d’Ivoire », a confié l’ancien ministre ivoirien de la jeunesse, Charles Blé Goudé, à notre confrère Marc Perelman, sur France 24.

« La prison, ce n’est pas un lieu de vacance, c’est un lieu de privation de liberté, un lieu de manque, de tout de ce que vous manque », a dit M. Blé Goudé, s’exprimant sur la nostalgie qu’il a pour son pays, la Côte d’Ivoire qui l’ « attend », après 5 ans passé en prison à la Cour pénale internationale (CPI). « La Côte d’Ivoire n’est pas de passage, elle m’attend et je sais qu’elle m’attend, et qu’un jour je rentrerai chez moi. Je n’en doute pas du tout », a-t-il ajouté.

Eloigné de son pays depuis la crise post-électorale qu’a connue la Côte d’Ivoire entre 2010 et 2011, Charles Blé Goudé à qui la « prison a enseigné la patience » entend, dès que toute la procédure judiciaire qui est en cours contre lui vidée, regagner son pays, et avec une machine politique, contribuer à apporter un changement à la vie politique et sociale de la Côte d’Ivoire.

« J’ai le temps de faire mes projets… »

Le temps passé en prison n’a pas été une perte pour le « général de la rue ». Il aurait beaucoup appris derrière les barreaux et son maintien à La Haye malgré son acquittement en janvier dernier lui aurait encore beaucoup enseigné.

« La prison n’est pas une perte de temps, et toutes les situations que je vis pour moi, c’est du temps gagné. J’ai tout le temps de réfléchir sur le passé de la Côte d’Ivoire, son présent, mais surtout son future. J’ai le temps de faire mes projets et croyez-moi, je ne suis pas du tout impatient », a-t-il soutenu.

Charles Blé Goudé ambitionne diriger un jour son Pays. « La Côte d’Ivoire a changé, la situation a changé, les populations ont changé et je veux participer au changement de la Côte d’Ivoire. Je veux participer au débat politique de la Côte d’Ivoire en tant qu’acteur principal parce que sur les 25 millions d’Ivoiriens, si je suis celui qui est venu à La Haye en prison avec Laurent Gbagbo, cela veut dire que je suis un acteur principal en tout cas pour ceux qui m’y ont envoyé. Alors, mon avis doit compter. Je me prononcerai sur l’avenir de ma nation (…), j’ai une vison sur l’avenir de ma nation. Je partage une cause avec les Ivoiriens. Quand je vais rentrer en Côte d’Ivoire, et même pendant que je n’y suis pas, je ferai la politique pour participer à changer mon pays », a-t-il fait savoir.

Même s’il reconnait que « la vie politique ne se résume pas à avoir des ambitions présidentielles », Charles Blé Goudé affirme tout de même qu’il a « des ambitions à diriger un jour » son pays « avec une équipe qui comprendra ou qui aura compris qu’il faut faire la politique autrement en Côte d’Ivoire », afin de contribuer à « promouvoir  des valeurs, des principes de vie, participer à changer la société elle-même ». « Nous avons une offre politique pour les Ivoiriens », affirme-t-il.

Enfin, l’ancien ministre ivoirien de la jeunesse pense que « la place de Laurent Gbagbo c’est au milieu de son peuple, il doit être avec son peuple pour réconcilier les Ivoiriens et pour amener la paix en Côte d’Ivoire ».

Au cours de cet entretien, il a aussi appelé tous les acteurs politiques à prendre des mesures qu’il faut pour « éviter de conduire la Côte d’Ivoire dans une aventure sans issue ».

En rappel, après environ huit ans de procédures, les juges de la chambre de première instance de la CPI avaient décidé, le mardi 15 janvier 2019, d’acquitter Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, qui étaient poursuivis pour crimes contre l’humanité dans le cadre des violences postélectorales de 2010-2011. Laurent Gbagbo est accueilli en Belgique, sans Blé Goudé (qui reste à La Haye), après sa libération sous conditions le 1erfévrier dernier.

Par Armand Kinda

Minute.bf