Crise à la santé: Syndicats et gouvernement reviennent à la table de négociation

0
La grève des agents de santé a un impact sur la vie des personnes déplacées

Dans une déclaration sur sa page officielle, le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) annonce la suspension de son mot d’ordre entamé depuis quelques mois suite au non respect des engagements pris par le gouvernement dans le protocole d’accord signé en mars 2017.

« Le Bureau National (BN) SYNTSHA informe les militants et sympathisants que les médiations effectuées d’une part entre le Réseau Paix et Sécurité pour les Femmes de l’Espace CEDEAO – Antenne du Burkina Faso (REPSFECO_BF) et les syndicats de la santé et d’autre part entre le REPSFECO_BF et le gouvernement ont abouti à la reprise des négociations entre le gouvernement et le SYNTSHA sur le protocole d’accord du 13 mars 2017 et l’engagement du gouvernement à apporter des solutions aux préoccupations des travailleurs de la santé humaine et animale », est-il écrit sur la page officielle Facebook du SYNTSHA.

Ainsi, au regard de la reprise des négociations, « des engagements pris avant et après cette reprise et en guise de bonne foi, le BN invite les militants à suspendre les actions de lutte en cours à partir du 08 novembre 2019 à 00 heure sur toute l’étendue du territoire », a fait noter Pissyamba OUEDRAOGO/SG BN SYNTSHA.

« Nous allons voir si la situation de négociation va au rythme que nous souhaitons »

« Il n’y a pas plus de détails. Il faut dire que le gouvernement s’est engagé auprès des gens qui sont venus aussi auprès de nous pour demander à ce qu’on suspende le mouvement, tout en nous donnant la garantie d’œuvrer auprès du gouvernement pour que la majeure partie de nos préoccupations puissent trouver solution. Pour prouver notre bonne foi à ces bonnes volontés, nous avons décidé de suspendre le mouvement pour attendre de voir ce que cela va donner », nous explique Hamadi Konfé, SG SYNTSHA de la section Yalgado Ouedraogo.

Mais, la durée de la suspension du mouvement, à l’entendre, est consubstantielle à l’évolution de la situation. « Nous allons voir si la situation de négociation va au rythme que nous souhaitons; s’il y a vraiment de la bonne volonté; si l’on n’est pas encore en train de nous rouler dans la farine, et c’est en fonction de toute cette appréciation, à un moment donné, que nous allons prendre nos responsabilités », prévient le SG SYNTSHA de la section Yalgado Ouedraogo.

Selon ses explications, les négociations ont été déjà entamées entre le gouvernement et les syndicats de la santé depuis le 6 novembre dernier et se poursuivront jusqu’au lundi 11 novembre prochain.

Armand Kinda

Minute.bf