Déclassement de la forêt de Kua : la GAGF « appelle instamment le gouvernement à faire preuve de souveraineté »

3

C’est avec consternation que le Groupe de recherche Action du Burkina sur la Gouvernance Forestière (GAGF) a appris par voie de presse et sur les réseaux sociaux le projet de déclassement d’une portion de 16 ha de la forêt classée de Kua dans la Commune de Bobo-Dioulasso pour la construction d’un hôpital, sur proposition du conseil municipal.

Nous tenons à rappeler que l’initiative de création de forêts classées par le colonisateur à partir de 1935 visait des objectifs environnementaux et socioéconomiques. Dans le cas de la ville de Bobo, la création des forêts visait à protéger les principales sources d’eau et la protection de la ville par une ceinture verte.

La création des forêts classées ne visait donc pas à constituer des réserves foncières à la disposition de l’Etat ou de ses démembrements. C’est pourquoi la loi portant code forestier prévoit des procédures précises pouvant autoriser le déclassement de tout ou partie de ces forêts.

Au Burkina Faso, les espaces forestiers ne représentent que seulement 14% du territoire national  contre une norme internationale généralement admise de 30%. En outre, ces forêts connaissent une dégradation accélérée due à l’expansion agricole, l’occupation anarchique par les populations et l’urbanisation rapide et mal contrôlée.

Pourtant, le Burkina Faso passe pour un pays modèle au plan international en matière de protection de l’environnement, cela pour avoir ratifié toutes les conventions y relatives. Il est le seul pays sahélien à bénéficier de l’initiative internationale REDD+ dont l’objet est la lutte contre le changement climatique à travers la réduction des émissions des gaz à effet de serre dues à la déforestation et la dégradation des forêts.

En outre, la forte dépendance des populations vis-à-vis des forêts pour leur alimentation et leurs besoins divers (pharmacopée, bois de construction, bois de feu, etc.) est bien connue.

Enfin, les forêts abritent une diversité biologique qui constitue de nos jours un enjeu mondial.

Certes, la construction d’un hôpital est un enjeu majeur de santé publique. Mais, au regard de ce qui précède, le Groupe de recherche Action du Burkina sur la Gouvernance Forestière :

  • invite fermement  la Commune de Bobo-Dioulasso à revenir sur sa position et à trouver un autre emplacement ;
  • appelle instamment le gouvernement à faire preuve de souveraineté, de respect rigoureux de ses propres textes, des engagements internationaux et du droit des populations à jouir de leurs forêts ;
  • invite l’ensemble des bonnes volontés à s’engager afin que le déclassement de la forêt de Kua ne constitue pas un précédent préjudiciable au sort de toutes les forêts classées du pays.

                                                         Fait à Ouagadougou, le 21 Mai 2019

Pour le GAGF, Le Modérateur

              
Sylvestre B. OUEDRAOGO, 70 44 46 16                                                    Sylvestreouedraogo82@yahoo.fr

3 COMMENTAIRES

  1. Merci au GAGF d’y donner de la voix!!! Invite est faite à toutes les Associations et ONG environnementales nationales de signifier leurs positions formelles au gouvernement sur cette question. Il faut absolument que le conseil municipal reconsidère ses positions sur cette question de Kua !!!! Aucun conseil des ministres ne doit laisser passer une telle mascarade qui pourrait être qualifiée de « catastrophe naturelle ».

    Avec tous les efforts consentis à l’amélioration du cadre de vie à travers la protection des ressources naturelles depuis toujours, et au moment où toutes les communes du pays sont interpellées sur leurs capacités de « bonne gouvernance et gestion décentralisée des ressources forestières » de leurs domaines de competences (depuis l’avenement de la communalisation intégrale du pays), il est difficile de comprendre une telle déliberation de la part d’un conseil municipal!!!! L’on comprendrait mieux une situation où le conseil municipal se positionnait en premier défenseur des forêts classées de son ressort territoirial face à tout projet de declassement, tout en proposant de créer d’autres espaces forestiers communaux pour améliorer le cadre de vie et assurer une meilleure résilience des populations de la commune, dans le contexte actuel du chargement climatique. A moins que la suite de cette affaire nous prouve le contraire, nous nous demandons si ce avis favorable du conseil municipal de Bobo, aux declassement d’une portion de la FC de Kua, n’est-il pas enfin un bel exemple d’incapacité communal qui consolidera les positions de ceux qui continuent de douter des capacités objectives des collectivités à gérer les ressources naturelles pour le bien être collectifs et indépendements des considérations politico-politiciennes ?????? Affaire à suivre……..

  2. Dans une telle atmosphère où on prend toujours des décisions pour des intérêts politiques, on parle du transfert des compétences aux communes en matière de gestion des ressources naturelles. Les municipalités donnent bien un exemple de ce qu’elles peuvent faire de ces ressources naturelles. Triste…. Dire qu’on exhorte les communes à créer des espaces de conservation et c’est une commune pas des moindres qui délibère pour le déclassement d’une partie de la forêt classée. Merci au GAGF de donner de la voix.

  3. Cet apport du GAGF est à saluer car il apporte de l’eau au moulin. La lutte contre le déclassement de la forêt classée de kua est l’affaire de tous et une question de bon sens. Unissons nous pour la bonne cause.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom