Éducation : Les enseignants du centre entendent boycotter la rentrée scolaire

0

Le vendredi 13 septembre, la Coordination régionale des Syndicats de l’Education (CRSE), section Région du Centre, a tenu un sit-in devant le Gouvernorat de la région du Centre au motif de demander une « annulation pure et simple des notes d’affectation ».

« Les affectations arbitraires, non non! Les affectations punitives, non non et non! Justice! Justice! » Scandaient les enseignants mobilisés pour le sit-in en réponse à la question du redéploiement et des affectations enclenchée par le Ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales (MENAPLN), Stanislas ouaro.

La Coordination reproche à son ministre, Stanislas Ouaro de ne pas tenir compte des effectifs dans les classes, dans le processus de redoiplement. Selon Yariye Yoin, le coordonnateur de la CRSE, le ratio enseignant et élèves par classe fait état d’un « besoin de plus de 6 000 enseignants qu’il faut recruter pour le Centre ». Aussi, la CRSE déplore un non-respect des critères contenus dans le guide des affectations. « Des personnels qui ne sont pas concernés par le redéploiement sont affectés », a dit le Coordonnateur de la CRSE citant en exemple ceux qui sont à cinq ans de la retraite ou en stage probatoire ou SND.

Au titre des affectations arbitraires, la CRSE dit observer « des plus anciens affectés », alors que le guide des affectations stipule que « c’est le moins ancien en poste qui peut être affecté ».
Plus loin, la CRSE dénonce le redéploiement des personnels dans d’autres régions alors qu’ils avaient été affectés au Centre pour raison de santé. Un « acte cynique » selon Yariye Yoin pour qui les autres régions n’offrent pas de meilleures infrastructures sanitaires.
Au regard de tout ces éléments, la CRSE de la région du Centre exige de leur ministère de tutelle, « l’annulation pure et simple des notes et décisions d’affection; la suspension du processus d’affection pour nécessité de service 2019; la prise en compte des observations et apports des Syndicats membres de la Coordination nationale des Syndicats de l’Education (CNSE) et l’application globale du protocole d’accord signé avec la CNSE ».

Les manifestants ont été reçus par le gouverneur qui a promis de transmettre leurs doléances à qui de droit. Toutefois, elle appelle ses militants à « boycotter les activités de la rentrée » si l’ensemble des points de revendications ne trouvent pas satisfaction. Aussi, à entendre le Coordonnateur de la CRSE, d’autres séries d’activités sont prévues pour se faire entendre. Par ailleurs, la CNSE a annoncé une rencontre ce vendredi même à 14h pour analyser la situation et donner la conduite à tenir.

Franck Michaël KOLA(Stagiaire)
Minute.bf