Parenté à plaisanterie et cohésion sociale: Les ressortissants des Cascades-Kénédougou-Sud-Ouest en conclave

0
Photo de famille entre les membres, à l'issue de la rencontre


Un atelier de restructuration du groupe Cascades–Kénédougou et le Sud-Ouest parenté à plaisanterie (CKSOPP), s’est tenue à Banfora le dimanche 07 juillet 2019 avec en ligne de mire la parenté à plaisanterie. L’atelier a été initié par les membres du Groupe.

Le Burkina Faso est un pays pluriethnique où vivent une soixantaine d’ethnies donc une soixantaine de cultures différentes. Ces différentes ethnies ou groupes ethniques qui composent le Burkina Faso ont une particularité: la parente à plaisanterie entre les différentes communautés du pays. C’est un lien de parenté qui permet au vivre ensemble d’être une réalité. Dès l’entamne des activités, Jean Marie Sansan HIEN, professeur d’histoire et de géographie, administrateur du groupe et conférencier du jour fait la présentation du groupe: « ce groupe est celui de la parenté à plaisanterie qui unie trois régions à savoir celle des cascades, du Kénédougou et celle du sud-ouest. Aujourd’hui, vu la situation actuelle du Burkina Faso, marquée par des crises communautaires, une situation où nous voyons que le vivre ensemble est mis à mal, et pour nous, la parente à plaisanterie est cette chose sur laquelle nous comptons pour relever ce défi et emmener la paix dans notre pays. ». Selon la marraine de cette activité, Olivia SOME coordonnatrice de l’Association Munyu : « la parenté à plaisanterie est un facteur de cohésion sociale. C’est la meilleure voie par laquelle nous populations des cascades, du Kénédougou et du sud-ouest devont passer pour résoudre les conflits interpersonnels ».

Olivia SOME , coordonnatrice du Grouoe et marraine de la cérémonie

Pour elle, cela fait partie des missions premières de l’Association tout en œuvrant à l’amélioration du statut de la femme, de la mère et de l’enfant.  » Je souhaiterai que pour les éditions prochaines on inclut les personnes du 3eme âge. Au regard de la place qu’occupe la parenté à plaisanterie dans la société burkinabè, dans la gestion des conflits et dans la quête de la cohésion sociale et du vivre ensemble, l’Association Munyu des femmes ne ménagera aucun effort pour vous venir en aide lors de vos prochaines activités… », a-t-elle promis.

Les conditions d’adhésion à l’association
Le groupe est ouvert à tout le monde et la seule condition est, selon Jean marie Sansan HIEN : « la seule condition d’adhésion c’est d’être un ressortissant soit du sud-ouest soit des cascades ou soit du kénédougou ou que vous soyez. Pour la demande vous partez sur la page Facebook et vous cherchez le groupe parenté a plaisanterie cascades-kénédougou-sud-ouest. »

ADAMA TRAORE

Pour www.minute.bf