Protestation contre la présence militaire étrangère: Voici le programme d’activités

4
Image d'illustration


Lors d’une conférence de presse à Ouagadougou, le mercredi 02 octobre 2019, l’Organisation démocratique de la Jeunesse (ODJ), le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des Peuples(MBDHP), la Confédération générale des Travailleurs (CGTB) et bien d’autres Organisations de la Société civile (OSC) avaient annoncé la tenue de la 4e édition des journées anti-impérialistes (JAI), les 11 et 12 octobre 2019.
Malgré les multiples difficultés pour obtenir l’autorisation de la marche, les organisateurs de la marche annoncent finalement le programme d’activités de la protestation.

Les journées anti-impérialistes sont annoncées dans un contexte où l’actualité de l’Afrique au sud du Sahara en général et du Burkina en particulier est fortement marquée par une escalade des attaques terroristes. Situation qui a vu les pays en difficulté comme le Mali ou le Burkina Faso lancer par moment un appel au secours aux forces armées étrangères, notamment l’armée française.
Ainsi, ces OSC pour qui, outiller conséquemment, nos Forces de Défense et de Sécurité (FDS) peuvent défendre valablement le territoire et la souveraineté nationale, ont défini un certain nombre d’activités pour marquer leur opposition à la présence militaire étrangère. Ainsi, pour la journée du 11, à 8h, il est prévu un panel sur le thème : « Impérialisme et terrorisme en Afrique : cause et perspectives pour les peuples en lutte pour leur libération nationale et sociale», au Palais de la jeunesse et de la culture Jean-Pierre Guengané.

A 14h de la même journée, les participants auront droit à une exposition des structures organisatrices et des partenaires des JAI.


L’activité phare des JAI, la marche-meeting pour dire non à la présence militaire étrangère sur le territoire burkinabè est prévue pour le 12 octobre à 8h, à la Place de la Nation. Enfin, les JAI connaitront leur apothéose le même jour par un méga concert à partir de 19h à l’espace de la mairie de l’ex-Bogodogo.


Franck Michaël KOLA (Stagiaire)
Minute.bf

4 COMMENTAIRES

  1. Il faut trouver un leader dans chaque commune assoir une section pour mobiliser les jeunes anti français dans tous le territoire burkinabè

  2. Et si tout ce monde déferlait à Djibo, falagountou, Deou ou Bourzanga. Il n’ya pas de doute que les terroristes prendraient peur.
    De plus des résolutions pour une contribution patriotique a hauteur des besoins d’équipement de nos troupes en hélicoptères de combat, de transport de troupes et de ravitaillement de même que des dromes.
    Il faut certes des armes , mais aussi de la conviction et une union sacrée devant l’ennemi commun.
    De loin moins. armés les Viêts ont vaincu tour a tour les Français et les américains.
    Dans la prise récente de deux bases des FAMA beaucoup d’armement aurait été accaparé par les terroristes. La reprise des deux camps en plus de l’action des forces maliennes et burkinabé à nécessité l’appui aérien de Barkhane.
    Évitons de distraire les autorités afin de ne pas être complices de l’ennemi. Au village il se dit « que
    les fissures dans le mur favorise l’intrusion des cafards ».
    Au Mali le désordre né du coup de force du lieutenant Diakite a favorisé la progression des terroristes.

    • Bien dit. Je me demande s certains ne sont pas de connivence avec l’ennemi en voulant créer le désordre interne. Trop facile de parler et de marcher. Trouvons plutôt des mesures qui nous soudent et nous rendent forts contre l’ennemi. Mettons fin à ces récréations !!!

  3. Je me pose la question de savoir si ces organisations ne sont pas infiltrés. Vous n’êtes pas au pouvoir, ne connaissez pas nos capacités réels et nos limites et poussez dehors ceux qui risquent leurs vies, endurent toutes les souffrances du terrain militaire pour empêcher qu’on balkanise votre beau pays, pas à cause de nos beaux yeux de Burkinabé mais pour stopper ces Barbares pour qu’ils ne s’approchent des investissements Français un peu plus au sud et vous vous plaignez ? Vous êtes vendu à l’ennemi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom