Santé : La problématique de la santé de la mère de l’enfant et de l’adolescent mise en réflexion

0

Le ministère de la santé en collaboration avec l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) organise trois jours durant, les premières Journées de la recherche en Santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et de l’adolescent ainsi que de la planification familiale (SRMNIA/PF). La cérémonie d’ouverture de ces journées a intervenue le 18 septembre 2019 à Ouagadougou, en présence du secrétaire général (SG) du ministère de la Santé, Wilfrid Ouedraogo, représentant le ministre de la Santé et le Professeur Siaka Sombié, représentant de l’OOAS.

« C’est un cadre de réflexion qui devra permettre d’étayer les résultats de la recherche au décideur pour une synergie d’action en faveur de la SRMNIA/PF », a expliqué d’entame le SG du ministère de la santé. Pour lui, il était important que les acteurs de la recherche et les décideurs puissent s’asseoir autour d’une même table afin, « de partager les données de recherches innovantes en SRMNIA/PF entre les parties prenantes, d’initier un dialogue sur l’utilisation des données de recherche pour améliorer la santé des enfants et l’adoption du planning familial, et enfin, de renforcer les capacités des parties prenantes pour l’utilisation des données probantes dans la prise de décision en SRMNIA/PF ».

M. Ouedraogo a en effet laissé entendre que la problématique de la santé de la mère, de l’enfant et de l’adolescent est une question préoccupante pour nos gouvernements. Ainsi, c’est fort de ces préoccupations que ce cadre de recherche a été organisé « dans le but de faire face efficacement aux nombreux défis auxquels son confrontées les populations dans leur vie » a-t-il dit.

En outre, Wilfrid Ouedraogo a tenu à faire constater que, malgré les efforts de l’État et de ses partenaires dans le département de la santé, les résultats restent mitigés. Cela, selon lui, pour la simple raison que les décideurs utilisent peu les résultats de la recherche dans leur prise de décision. Il ressort que cette non utilisation des résultats de la recherche dans la prise de décision est due à « l’ouverture mitigée face à la recherche, les difficultés d’accès aux résultats de recherche et le fait que des pistes d’action pour appliquer les résultats ne sont souvent pas proposées ».

C’est la raison pour laquelle le SG du ministère de la santé, M. Ouedraogo a tenu à saluer ces premières journées de recherche en SRMNIA/PF qui, à l’entendre, indéniablement, « vont mettre à la disposition des acteurs du monde de la santé des évidences et surtout des recommandations à même de guider l’action et la prise de décision ». Visiblement satisfait de la tenue d’une telle rencontre, il n’a pas manqué de saluer et de féliciter l’OOAS pour ses multiples efforts en faveur de l’amélioration de la santé des populations ».

Adam’s Ouedraogo
Minute.bf