Assassinats 15-Octobre : les tests ADN n’ont pas permis d’identifier les corps

0
637 vues

Les experts balistiques légistes et anatomistes sont passés à la barre ce 12 janvier pour éclairer la lanterne du tribunal à la faveur du procès de Thomas Sankara et de ses 12 compagnons. Il s’agit du Commissaire Moussa Milogo, expert en balistique, du Professeur  d’Anatomie Pathologique Robert Soudré et du Médecin légiste Norbert Ramdé. Les experts se sont prononcés sur les tests ADN pour l’identification des victimes qui, malheureusement, n’ont pas été concluants à 100%.

Concernant l’analyse ADN des victimes, l’expert Pr. Robert Soudré a indiqué qu’il faut trois tests pour confirmer l’identité des victimes. Cependant, pour les tests qu’ils ont faits sur les corps exhumés, deux tests ont pu être concluants et « le troisième test n’a rien affiché ». Pourtant, selon la procédure juridique, dit-il, il faut que les trois tests soient concluants à 100% pour pouvoir dire formellement que le test ADN révèle que c’est telle ou telle personne. Par conséquent, une identification des victimes par le test ADN n’a pas pu être effectuée. Mais les victimes, selon le Dr Norbert Ramdé, médecin légiste, ont pu être identifiés par reconnaissance visuelle notamment par les familles. Ce sont donc par les signes distinctifs, le reste des survêtement, les bagues d’alliance et autres signes que les victimes ont pu être identifiés par leur proches.

Hamadou Ouédraogo 

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom