Burkina: En quête de la meilleure formule pour combattre le travail des enfants

0

Le Burkina commémore le 12 juin la journée mondiale contre le travail des enfants sous le thème: « la seule chose qu’un enfant devrait faire travailler est son imagination! ». Cette commémoration officielle s’est faite à Ouaga en présence du représentant du ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Jean-Marie Sompouktou et de la représentante des partenaires techniques et financiers Raolison Arsoa.
« Le Burkina Faso a adopté une stratégie nationale 2019-2023 de lutte contre les pires formes de travail ». C’est l’annonce faite par le représentant du ministre de la Fonction publique du Travail et de la Sécurité sociale Jean-Marie Sompouktou lors de la cérémonie de commémoration de la journée mondiale contre le travail des enfants.
A en croire le représentant du ministre en charge du Travail, de la Sécurité sociale, l’objectif de cette commémoration « est de contribuer à la mobilisation sociale contre le travail des enfants ». Cette année, la commémoration est placée sous le thème « la seule chose qu’un enfant devrait faire travailler est son imagination’’ est bien à propos ». Un choix qui, selon Jean Marie Sompouktou, démontre la nécessité de mettre un accent particulier sur l’importance d’une éducation de qualité et celle de soustraire les enfants des milieux de travail nuisibles à leur santé et à leur développement. Il a fait savoir que cela est une impérieuse nécessité car les chiffres selon l’Organisation internationale du Travail, sont alarmants.
« Selon les estimations publiées en septembre 2016, 152 millions d’enfants de 5 à17 ans dans le monde sont astreints au travail des enfants et 73 millions d’entre eux effectuent des travaux dangereux », déplore-t-il.
Cette persistance du travail des enfants, selon le représentant du ministre, prend ses racines dans la pauvreté, l’insuffisance de travail décent pour les adultes, l’insuffisance de la protection sociale, et une incapacité à s’assurer que tous les enfants fréquentent l’école jusqu’à l’âge minimum légal d’admission à l’emploi. Malheureusement, regrette-t-il, le travail des enfants contribue au maintien des enfants dans le cercle vicieux de la pauvreté et constitue un handicap pour ces adultes de demain.
Ainsi, la représentante des partenaires techniques et financier, Raolison Arsoa, a fait savoir que dans le cadre de la commémoration, les activités prévues contribueront à la mobilisation sociale et au renouvellement de l’engagement politique contre le phénomène ».

Parmi les activités prévues, a expliqué le représentant du ministre, il y a des sorties de sensibilisation sur le travail des enfants dans le secteur informel, un atelier de concertation et de sensibilisation sur les approches à développer pour une mise en œuvre efficace de la stratégie nationale 2019-2023 de lutte contre les pires formes de travail des enfants, et un atelier de réflexion et de sensibilisation sur la contribution des acteur de l’éducation dans la lutte contre les pires formes de travail des enfants.


Adam’s Ouédraogo
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom