Campagne cotonnière 2020/2021: les producteurs de la zone Faso coton s’activent pour une bonne saison

0

Dans le cadre de la relance durable de la production cotonnière au Burkina Faso, le ministre chargé du commerce, Harouna Kaboré, a effectué une tournée de suivi de la campagne cotonnière en zone Faso Coton où il a échangé avec les producteurs du village Négaré avant de faire une visite guidée sur le chantier de l’usine Faso Coton. C’était le jeudi 17 septembre 2020 à Tenkodogo, au Centre-est du pays.

Pour la reconquête du leadership africain dans la production, la performance et la transformation du coton, un comité de haut niveau du suivi de la relance de la production cotonnière du Burkina Faso a été mis en place courant 2019. A cet effet, diverses mesures ont été prises et plusieurs actions concrètes sont menées pour le bon déroulement de la campagne cotonnière 2020/2021. C’est dans cette dynamique que le président dudit comité, Harouna Kaboré, a effectué une tournée de suivi de la campagne en zone Faso Coton.

Il s’est agi pour le président du comité, dès l’entame de la tournée, de procéder à une visite de champs et à un échange avec les producteurs, afin de constater de visu la mise en oeuvre des mesures édictées par le gouvernement en terme de respect des itinéraires techniques et en terme d’accompagnement des cotonculteurs.

Le ministre Harouna Kaboré s’est dit satisfait des résultats obtenus jusque-là dans la zone Faso coton

C’est avec satisfaction qu’il a constaté les résultats obtenus jusque-là dans la zone et cela permettrait, avec une pluviométrie favorable, de recolter « 750 à 800 kilogrammes par hectare sur les 42 000 hectares emblavés ». Aussi, a-t-il souligné que « les intrants qui ont été livrés cette année permettent de couvrir une large gamme pour combattre les insectes et nourrir convenablement la plante».

Kéré Adama, propriétaire d’un champ de 10 hectares dans le village de Négaré, a confié que la culture de cette année vaut mieux que l’année précédente. « Nos plus grandes inquietudes étaient la pluie, mais grâce à Dieu, nous avons eu une bonne pluviométrie et nous prions pour que cela continue et l’on pourra faire de bonne récolte», a-t-il affirmé.

En outre, les producteurs ont adressé des préoccupations au président du comité de la relance allant dans le sens d’un soutien continu en intrants agricoles. Ils ont également souligné au président, des doléances d’ordre exogène à la production cotonnière. Ainsi, leurs demandes portent entre autres sur la réalisation d’infrastructures sanitaire, routière et scolaire dans la zone.

Une unité d’égrenage Faso coton en construction

Le chantier de construction de l’usine Faso coton avance très bien selon Harouna Kaboré

Après la visite des champs de coton, le ministre s’est rendu sur le chantier de l’usine Faso coton, couvrant une superficie de 30 hectares, dont la première pierre a été posée le 17 mars dernier. Cette unité, selon le directeur des opérations de Faso Coton, Marc Leynaert, sera constituée de deux lignes d’égrenage de 35 000 tonnes par ans sur 5 mois d’égrenage, avec possibilité, à terme, d’ajouter une troisième ligne qui pourra permettre de passer à 10 000 tonnes de plus par année.

Sur le chantier, le ministre Harouna Kaboré, s’est réjoui de l’état d’avancement des travaux. Il a d’ailleurs insisté sur le maintien de la date prévue pour la réception de l’usine, fixée au premier trimestre de l’année prochaine.

Par ailleurs, le comité ne compte pas se limiter à cette unité d’égrenage, il ambitionne, éventuellement, implanter dans la zone une unité d’huilérie pour compléter la chaîne avec les produits dérivés du coton.

Hervé KINDA (Stagiaire)
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom