Centre-nord : « Des enfants sont égorgés devant leurs parents » Mathias Ouédraogo, député UPC

0

« À Bourzanga, dans la province du Bam, 38 sur les 42 villages ont été vidés de leurs populations. Sur les 380 villages que compte la province du Sanmatenga, 110 ont été vidés de leurs populations », a indiqué le député UPC du Sanmatenga Mathias Ouédraogo à l’occasion de la Conférence de presse sur la situation sécuritaire et humanitaire dans la région du Centre-Nord, tenue le lundi 25 mai 2020 à Ouagadougou.

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a dépeint une situation chaotique au Centre-nord. « Les terroristes, dans l’optique de créer le maximum de terreur, ont égorgé des enfants devant leurs parents, et ont déchiqueté, et même brûlé des corps », a révélé dans le désarroi total Mathias Ouédraogo . « Les Chiffres sont traumatisantes » et parlent d’eux-mêmes, martèle-t-il. « À la date du 22 avril 2020, la région du Centre-Nord comptait 687 675 déplacés internes sur un total de 848 329 déplacés recensés sur l’ensemble du territoire national, soit 81% des déplacés internes du Burkina suite au terrorisme », a-t-il détaillé.

Pour le parti du Lion, il faut agir et au plus vite au regard de la situation alarmante des populations, qui, n’ont plus d’endroits pour dormir, qui n’ont pas à manger et plus de terre pour cultiver.

Ainsi, par la voix de Mathias Ouédraogo, l’UPC avant de lancer un appel à la solidarité nationale à l’image de celle manifestée dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, a proposé des solutions pour une sortie de crise. Le parti a demandé au plan sécuritaire, un renforcement de la coordination entre FDS et les forces vives pour une meilleure coordination des actions défensives; une mise à la disposition des FDS de grands moyens pour lutter efficacement contre les ennemis; un équipement adéquat des volontaires pour plus d’efficacité et enfin le lancement d’une opération militaire d’envergure pour anéantir le terrorisme sur le territoire burkinabè.

Hamadou Ouédraogo
Minute. bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom