Conseil de discipline: Bassolma Bazié réagit

0

CECI EST LA REACTION DE BASSOLMA BAZIÉ INTITULEE « L’EXEMPLARITE ET LA FERMETE EDICTEES PAR NOS ORGANISATIONS NE PRENDRONT AUCUN RIDE! « , SUITE À SA CITATION À COMPARAITRE EN CONSEIL DE DISCIPLINE.

« Depuis le 4 septembre 2020, nous avons reçu et continuons de recevoir de multiples appels suite à une « citation à comparaître » à « un conseil de discipline ». Celui-ci d’abord programmé pour un certain « mardi 16 septembre 2020 », a été revu à travers une autre « citation à comparaître » rectificatrice pour « le jeudi 17 septembre 2020 à 12 heures précises, dans la salle réunion de la Direction de la Recherche en Education non formelle (ex-DRINA) ».

Nous aurions souhaité ne pas piper un seul mot avant cette « date » ; mais au vu de l’attente probablement pénible que nous inflige à nos braves Hommes et Femmes de Médias qui sont à la recherche de l’information d’une part, et d’autre part à tous ces doyens et doyennes (surtout ceux et celles à la retraite) de par ce silence, nous venons par ces mots les rassurer que cette attitude n’est point une intention de servir de la négligence à leur endroit. Parce que :

  • Primo, pour nos respectables retraités, nous avons pris des engagements sur des cercueils de certains devanciers à la Bourse du Travail de Ouagadougou, sur la défense des valeurs d’intégrité, de dignité et d’honneur. Nous les rassurons que nous n’osons aucunement jongler, encore moins somnoler, et surtout pas agir avec légèreté avec le respect de ces engagements pris ;
  • Secundo, pour les Hommes et Femmes des Médias, le Flambeau de défenseurs des libertés de presse, d’information et d’expression (cf nos positions sur le Code Pénal actuel), impose obligation de leur réserver tout le respect dû à leurs rangs et titres respectifs ;
  • Tertio, pour l’ensemble des camarades Secrétaires Généraux et travailleurs (euses), nous ayant accordé leur confiance en tant que Porte-parole, cela sera conduit avec toute l’exemplarité et la fermeté exigée par nos principes organisationnels !

Quelle que soit la date effective du déroulement de cette « comparution », qui est prévue publique par les règlements, il serait impératif que des dispositions soient prises, par qui de droit, afin qu’une sonorisation et une diffusion en directe sans aucune entrave à la Presse se fassent, afin d’assurer pleinement le droit à l’information, à la vérité et à la justice pour tous et toutes sur l’ensemble du territoire national.

Que Dieu et nos mânes nous gardent tous et toutes en bonne santé, bonifient la vérité et traitent avec rigueur et profondeur toute forme de contrevérité ! »

Bassolma BAZIE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom