Convocation Bassolma Bazié : « Un conseil de discipline politique », selon des Syndicats

0

La Fédération des Syndicats nationaux des Travailleurs de l’Education et de la Recherche (F-SYNTER), le Syndicat National des Travailleurs de l’Education de Base (SYNATEB), le Syndicat National des Personnels d’Administration et de Gestion de l’Education et de la Recherche (SYNAPAGER) et le Syndicat des Travailleurs de l’Action Sociale (SYNTAS) ont tenu une assemblée générale, ce 16 septembre 2020 à la bourse du travail de Ouagadougou. L’assemblée générale a eu pour objectif de remobiliser les travailleurs pour soutenir « le symbole de la lutte syndicale qu’est Bassolma Bazié à l’occasion de sa comparution en Conseil de discipline le 17 septembre 2020 » disent-ils.

« Il n’y a pas à se voiler la face, l’affaire de la comparution en conseil de discipline de Bassolma Bazié s’inscrit dans le cadre de la lutte que mènent les syndicats contre l’application de l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs », a dit d’entame, Zakaria Zombra, un des responsables de la F-SYNTER.

Pour Soumaila Démé, représentant de la SYNAPAGER et coordonnateur du G4 (Coalition de Syndicats des Enseignants), cette convocation de Bassolma Bazié « est une manœuvre politique en vue de faire Tomber le leader qu’il est et de casser la lutte syndicale ». Pour étayer leurs propos, les leaders syndicaux sont revenus sur la genèse des faits ayant abouti jusqu’à la convocation de Bassolma Bazié.

L’assignation de Bassolma Bazié en Conseil de discipline, « un acharnement »

« Au Zinda dès la rentrée 2019-2020, les militants et les responsables syndicaux ont senti que la volonté de l’autorité était de créer des problèmes aux organisations syndicales en décidant de les charger. C’est ainsi que le camarade Nadia, professeur et SG du comité du Zinda qui, habituellement avait en charge deux classes est passé à 3 classes et le camarade Bassolma qui avait une classe est passé à 3 classes. Tout cela pour l’empêcher d’exécuter convenablement sa dévolution syndicale tout en sachant que les prescriptions légales prévoient un allègement des charges de travail aux leaders syndicaux afin qu’ils se consacrent à leur vie syndicale », estime Zakaria Zombra, expliquant que plusieurs entourloupes du genre ont jalonné les relations entre Bassolma Bazié et son proviseur jusqu’à son assignation en conseil de discipline.
Pour Zakaria Zombra, « le proviseur est dans la logique d’abattre le mouvement syndical en frappant les leadeurs ». « C’est une volonté affichée de faire taire individuellement et collectivement les organisations syndicales », a-t-il soutenu.

Pour ces responsables syndicaux, « la comparution de Bassolma Bazié en Conseil de discipline est purement politique ». « Pour ce qui est sûr, il n’ira pas seul à ce conseil, il ira avec ses militants », a clamé Souleimane Démé Coordonnateur du G4.
Ainsi, cette assemblée générale a été l’occasion pour les leadeurs syndicaux d’appeler leur membre à se mobiliser autour de Bassolma Bazié, le 17 septembre pour « faire bloc contre un Conseil de discipline politique ».

Hamadou Ouédraogo
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom