COP26: La délégation du Burkina renforce ses capacités pour mieux représenter le pays

0
510 vues

Le Spong a organisé ce 21 octobre 2021 à Ouagadougou, un atelier de renforcement des capacités des délégués du Burkina Faso qui devront prendre part à la Conférence sur le changement climatique, COP26 à Glasgow au Royaume-Uni. L’atelier présidé par le Secrétaire permanent du Conseil national pour le développement durable, Somanegré Nana, représentant le ministère de l’Environnement, avait pour objectif de capaciter les participants burkinabè pour mieux participer à cette COP26. 

Une soixantaine de délégués burkinabè devront prendre part à cette Conférence sur le changement climatique à Glasgow, du 31 octobre au 12 novembre 2021 au Scottish Event Campus (SEC) à Glasgow, au Royaume-Uni.

« À cette COP26, comme à toutes les COP, il y a des enjeux », explique Somanegré Nana. Aussi, dit-il, les délégués doivent connaître quels sont ces enjeux et avoir des positions communes avec les délégués des autres pays qui partagent les mêmes intérêts que le Burkina en vue de mieux défendre les intérêts du pays.

Les délégués burkinabè

Pour ce qui est des intérêts du Burkina à cette COP26, M. Nana a tenu à faire savoir que le  Burkina est un pays très vulnérable aux changements climatiques sans pour autant être responsable de ces changements climatiques. De ce fait dit-il, « nous subissons de plein fouet ces changements climatiques. Aussi, il faut que lors de ces tribunes, nous puissions défendre nos intérêts en faisant en sorte que tout ce qui doit nous permettre de nous adapter (face aux changements climatiques) puisse être fait ».

Pour lui, le Burkina accorde beaucoup d’importance aux débats qui auront lieu au cours des différentes sessions de cette COP 26, mais aussi aux rencontres bilatérales avec les partenaires qui s’y tiendront.

Le Secrétaire permanent du Conseil national pour le développement durable a clos son propos en indiquant que le Burkina attend que ses délégués reviennent non seulement avec des bagages intellectuels et des renforcements de capacité plus accrue, mais aussi avec des retombées financières pour le Burkina. Ces retombées, dit-il, pourront permettre au pays de mettre en œuvre ses différents programmes sur le climat.

Hamadou Ouédraogo

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom