Démission de Claude Ouédraogo de l’APMP : « Qu’il aille rejoindre son maître au CFOP », Clément P. Sawadogo

0
1 528 vues

L’Alliance des Partis de la Majorité Présidentielle (APMP) a tenu une conférence de presse le 17 septembre 2020 à Ouagadougou. Clément Sawadogo, porte-parole de l’APMP est revenu sur la démission de Claude Ouédraogo, président du Mouvement pour le progrès et le changement (MPC) pour rejoindre le Chef de file de l’opposition politique (CFOP). Il a qualifié Claude Ouédraogo de « taupe envoyé par l’opposition à l’APMP »

« Nous restons indifférents face à la démission de Claude Ouédraogo », a fait savoir Clément Sawadogo. « Ce que je dois vous dire sur Claude Ouédraogo, c’est que nous l’avons à un moment donné détecté comme une taupe en notre sein. Naturellement, quand une taupe vous quitte, c’est un bon débarras. Qu’il aille rejoindre son maître au CFOP (Chef de file de l’opposition politique burkinabè », a indiqué avec virulence le porte-parole de l’APMP.

« Claude Ouédraogo enregistrait nos séances de réunions. En plus, nos documents se retrouvaient sur la place publique et dans les mains de l’opposition. Mais on s’est rendu compte entre temps que c’était de lui. Si bien qu’à un certain moment on ne l’associait plus aux actions les plus délicates de l’APMP », a étayé Clément Sawadogo, se réjouissant du fait qu’au regard des mesures prises par l’APMP « l’infiltré » n’a pas pu bien faire son travail d’espion au compte de l’opposition.

Fait insolite, poursuit Clément Sawadogo, « malgré sa démission de l’APMP, Claude Ouédraogo est allé représenter l’APMP à un atelier quelques jours après sa démission à Koudougou. Comme il y avait des per diem, malgré sa démission, il est allé à l’atelier pour prendre quand même ces per diem ». « Voilà un homme politique ! », se déconcerte Clément Sawadogo.

« La politique pour ce type de personne n’a aucune vertu. On picore au niveau de la majorité, si entre temps on peut aller picorer dans l’opposition on part picorer, c’est déplorable », estime l’ex ministre de la sécurité de Roch Marc Christian Kaboré. Pour lui, véritablement dans l’environnement politique du Burkina, il y a des hommes qui manquent de sérieux.

A cette allure, « c’est le politique qui va tuer complètement la morale dans notre pays », s’indigne Pengdwendé Clément Sawadogo, le désormais porte-parole du président du Faso, pour la campagne électorale de 2020.

En rappel Claude Ouédraogo avait annoncé sa démission de l’APMP et son ralliement au CFOP le 10 septembre 2020 en évoquant des manquements dans la gestion du pays par le président Roch Marc Christian Kaboré notamment sur le plan sécuritaire et social.

Hamadou Ouédraogo
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom