Disparition du Maréchal du Tchad: Les pays du Sahel dans le vertige?

0
Image d'illustration (DR)

Soldat un jour, soldat toujours, peut-on dire de l’homme qui même président, n’hésitait pas à descendre sur le terrain pour défendre l’intégrité territoriale et expédier les « fous de Dieu » au créateur. C’est dans ce même combat, cette fois-ci contre une rébellion qu’il trouva la mort, suite à des blessures. Idriss Deby Itno, le Marechal et président nouvellement réélu pour un 6e mandat avec un score de 79,32% des suffrages exprimés, n’est plus. C’est l’information choque de la journée du mardi 20 avril 2021.

Le Tchad est-il orphelin? Difficile d’épiloguer à la place des Tchadiens eux-mêmes. Ce sont précisément ceux qui se sont opposés dès l’annonce du 6e mandat du Maréchal du Tchad qui peuvent mieux apprécier cette question. Des manifestations politiques en passant par la société civile, le désormais feu Idriss Déby Itno va faire face à une rébellion armée, venue de la Libye selon certaines sources, le Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT).

Ainsi, avant-même qu’il ne soit fraîchement consacré vainqueur de la présidentielle du 11 avril dernier par les résultats de la Commission électorale nationale indépendante le mardi 19 avril 2021, les rebelles vont lancer des offensives sur le côté nord du territoire. Dans ce combat armé, comme à ses habitudes, en chef et en Maréchal, Idriss Deby va se déporter sur le champ de bataille pour prendre la tête du commandement. C’est ainsi que selon l’armée tchadienne, le président a été blessé au cours des combats. Rapatrié à N’Djamena pour recevoir des soins, le Maréchal ne se relèvera plus, il succombera à ses blessures. Cette disparition repose la question de la lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest à travers le G-5 Sahel et même dans la partie centrale de l’Afrique, quand on sait que le défunt a appuyé le Cameroun dans le combat contre le groupe djihadiste Boko Horom. Alors, quel sera l’impact de la mort du Maréchal dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel ?

Homme de terrain, Idriss Deby Itno, farouchement engagé dans la lutte contre le terrorisme, avait dirigé avec grand succès, l’opération dénommée « la Colère de Boma » en mars 2020 qui a abouti à l’élimination, selon l’armée tchadienne, de plus de 1000 combattants terroristes qui avaient endeuillé son armée. 

En outre, si dans son pays Idriss Deby Itno était contesté par une partie de l’opposition, il jouissait cependant d’une certaine aura dans les pays voisins comme le Nigeria et le Cameroun, et dans les pays regroupés au sein du G-5 Sahel dont est membre son pays avec le Burkina Faso, le Mali, le Niger et la Mauritanie. Par ailleurs, annoncé le 15 février 2021 en marge du sommet du G5 Sahel à N’Djamena, les 1200 soldats tchadiens sont engagés dans la lutte contre le terrorisme dans la zone dite des « 3 frontières » (Burkina-Niger-Mali). L’armée du Maréchal du Tchad reste l’une des plus efficaces sinon même la plus efficace dans le combat armé contre les forces du mal au sahel, au point où Déby était considéré comme le Gendarme, le dernier rempart pour les pays du Sahel et même de l’Afrique centrale.

Il est donc évident que si la situation ne revient pas vite à la normale au Tchad qui doit désormais faire avec les rebelles du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT), les forces du mal pourraient profiter pour encore se faire entendre. Au pire, si le Tchad ne se reprend pas vite en main, les terroristes risquent de se signaler fort dans le Fouta-Djalon alors que les groupes armés ont déjà infesté tout le Sahel. Il faudra donc travailler à éviter une deuxième Libye en Afrique.

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom