Education: 4 syndicats expriment leurs inquiétudes sur la reprise des cours

0

CECI EST UNE DECLARATION DE LA F-SYNTER – du SYNAPAGER -du SYNATEB ET – du SYNTAS SUR LE PLAN DE REPRISE DES COURS. Lisez!

La survenue du coronavirus au Burkina avec l’annonce des premiers cas le 09 mars 2020 a entrainé d’importants bouleversements dans tous les secteurs d’activités. Celui de l’éducation et de la recherche n’est pas en reste. Ainsi, le gouvernement a pris un certain nombre de décisions parmi lesquelles la suspension de cours dans toutes les structures éducatives pour compter du 16 mars 2020, ce, pour une durée de deux (02) semaines. Elle sera prorogée jusqu’au 14 avril 2020. Cette décision aura comme conséquences :

• l’interruption de l’année académique et scolaire juste avant le bouclage du deuxième trimestre ;
• l’abandon des élèves dans une incertitude avec son lot de psychose sur la suite de leur scolarité ;
• l’abandon des étudiants sans véritables mesures d’accompagnement au plan social alors que les restaurants universitaires sont restés fermés pendant un certain temps et les résidents des cités universitaires mis en confinement ;
• la mise au chômage de milliers de vacataires exerçant dans les établissements privés ; chômage doublé du non-paiement des frais des heures de vacation du mois de mars pour nombre d’entre eux.

Le 29 avril 2020, un plan de reprise des cours est adopté en conseil des ministres et assorti d’un calendrier fixant une reprise administrative pour le 04 mai 2020, la rentrée des élèves des classes d’examen au 11 mai 2020, celle des classes intermédiaires au 25 mai 2020 et la rentrée des étudiants au 11 mai 2020.

Une reprise des activités pédagogiques et académiques dans le contexte de gestion du coronavirus doit tenir compte de la garantie de la santé et de la sécurité de la communauté éducative, de l’assurance de l’équité entre les apprenants. De ce fait, il est important d’analyser la décision de reprise des activités pédagogiques en tenant compte du plan qu’il propose à cet effet et du contexte social pour orienter la communauté éducative.

Le plan élaboré à cet effet comporte deux axes fondamentaux à savoir : une reprise des cours pour l’achèvement de l’année scolaire 2019-2020 et le recours à l’utilisation des TICE pour la continuité éducative.

Nous faisons le constat que le plan adopté par le gouvernement à cet effet ne prend pas en compte conséquemment les dimensions la garantie de la santé et de la sécurité de la communauté éducative, d’assurance de l’équité entre les apprenants. En effet, la mise en œuvre de ce plan prévoit un allègement des mesures prises pour interrompre la propagation du virus.

Toutefois, il ne précise pas les garanties dont disposent les départements en charge de l’éducation et de la recherche quant à l’absence de risques de ces allègements pour la propagation du virus. Plus grave, le plan présente des insuffisances et des limites énormes.

Les mesures de prévention que le plan propose ne donnent pas des garanties suffisantes contre la propagation du COVID-19 dans les établissements. S’il prévoit comme mesures barrières la dotation des personnels et élèves, en masques réutilisables, la dotation des établissements en savon et une sensibilisation des acteurs, il ne dit rien pour ce qui concerne les étudiants.

Au regard des réalités de notre contexte, le masque ne saurait permettre une protection efficace dans les espaces scolaires. En effet, rien ne pourra empêcher les élèves, surtout ceux du préscolaire et du primaire, de s’inter-changer leur masque. D’ailleurs à la récréation et pendant les interclasses, ils vont s’adonner aux jeux. Dans ces conditions, ces masques ne seront point des outils de protection.

Ensuite, l’acquisition des lave-mains étant laissée à l’initiative des structures des parents d’élèves. Il n’est pas difficile de comprendre qu’à cette étape de l’année scolaire, nombre d’entre elles n’auront ni les ressources financières, ni les capacités organisationnelles pour satisfaire correctement à cette opération.

De même, les établissements dans leur grande majorité ne disposent pas de cantines. De nombreux élèves pendant la récréation se partagent et se partageront entre camarades leur goûter. Ils vont même s’inter-changer bien d’autres de leurs outils qu’ils auront manipulés avant et après.

Enfin, le plan de reprise définissant des axes de reprise des cours et adopté en conseil de Ministres ne concerne que seulement le Ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales. Il ne dit rien du MESRSI. Il traduit donc une absence d’approche globale du gouvernement sur le secteur de l’éducation et de la recherche dans la gestion de la pandémie. Cela constitue une insuffisance de réponse grave à l’éducation et à la recherche.

Outre les limites des mesures proposées dans le plan de reprise des cours, ledit plan occulte des éléments importants de barrière à même de contrer une propagation de la pandémie et qui sont prises en compte dans nombre de pays qui envisagent une reprise des activités pédagogiques et académiques. Dans ce sens, on notera :

  • une absence de mesures dans le plan pour établir une distanciation au sein des établissements. Dans de nombreux établissements, les effectifs pléthoriques sont légion dans la plupart des classes et des amphithéâtres. Cette question a toujours fait objet de dénonciation, de revendication et de lutte de la part de nos organisations syndicales.

On se rappelle que le Ministre Ouaro martelait au cours d’une conférence de presse le 28 janvier 2020 qu’il n’était pas possible de respecter les effectifs dans les classes. Aujourd’hui la réalité a rattrapé tout le monde et met les autorités face à leurs responsabilités quant aux conséquences de leur politique irresponsable appliquée dans l’éducation et la recherche.

Dans de nombreuses classes, des élèves sont assis à trois, voire quatre par table-banc, même dans les lycées. Dans la cour de récréation et aux heures d’entre cours, ce sont des milliers d’élèves et étudiants qui vont se retrouver dans l’espace scolaire ou universitaire pour se côtoyer sans possibilité d’établir une distance d’un mètre entre eux ;

  • la non prévoyance de mesure de prise de température des élèves et étudiants avant leur accès à l’enceinte de leur établissement ou université n’est envisagée comme cela l’est dans les pays européens où la reprise est à l’ordre du jour ;
  • la non prévision d’un dépistage massif des acteurs de l’éducation et de la recherche en vue de pouvoir isoler les éventuels cas de contaminés afin de minimiser les risques de propagation de la pandémie ;
  • l’absence d’une présentation d’un dispositif de gestion dans le plan pour faire face à une situation de contamination dans un établissement. Dans un tel cas de figure, comment se fera le confinement aussi bien du personnel et des autres élèves dudit établissement ?
  • le plan n’aborde pas les éventuelles discussions qu’il y a eues avec les nombreux promoteurs privés d’établissements pour résoudre les problèmes liés au non-paiement des frais de vacation que les personnels vacataires de leur établissement n’ont pas perçus. Pourtant, le non règlement de cette question aura des répercussions sur exécution correcte des activités pédagogiques.

Ces graves insuffisances, traduisant le manque de responsabilité des autorités en charge de l’éducation et la recherche dans leur prise de décision concernant la gestion de cette pandémie, reflètent la légèreté du plan adopté par le gouvernement. En conséquence ; il expose fortement la communauté éducative à une éventuelle contagion au coronavirus.
Et qu’en est-il de la réorganisation de l’année scolaire ?

La reprise des cours pour la majorité des élèves est prévue pour le 25 mai et la fin des cours annoncée pour le 20 juin au préscolaire et le 27 juin 2020 pour le primaire, le post-primaire et le secondaire. Cela signifie une durée maximum de 30 jours (y compris les week-end et jours fériés) d’activités pédagogiques à savoir la réalisation des cours, l’administration de deux (2) devoirs par discipline, le calcul des moyennes et la tenue des conseils. Objectivement cela n’est point réaliste. Un tel calendrier ne peut pas permettre de faire un travail sérieux. L’agencement de ces activités pédagogiques dans un tel délai est pratiquement impossible.

La pression aussi bien sur les personnels que sur les élèves va conduire à une exécution cavalière des activités ; toute chose qui engendrera des conséquences négatives pour les apprenants. D’ailleurs, les autorités en charge de l’éducation manquent totalement de responsabilité pour faire respecter ce calendrier à l’ensemble des établissements. Visiblement, il y a une véritable volonté de s’abriter derrière la pandémie pour saboter la formation des apprenants.

En outre, cette réorganisation de l’année s’est faite sans les organisations syndicales qui ont une fonction normative. C’est cela qui explique que les textes qui touchent la carrière des personnels et l’institution éducative se discutent avec elles (Cf Recommandations OIT/UNESCO). D’ailleurs, les autorités chantent à longueur de journée que les syndicats sont des partenaires. Une telle réorganisation d’autorité de l’année académique et scolaire ne traduit pas une relation ou un esprit de partenariat.

De plus, d’autres nombreuses questions d’ordre général en lien avec une bonne gestion de la pandémie restent sans réponses qui pourtant, sont nécessaires pour une reprise sereine des cours. La première porte sur l’évaluation de la situation épidémique d’ensemble après 7 semaines d’application des différentes mesures de protection contre le Covid 19, où en sommes-nous ? Quel est l’état de la contamination des contacts des 672 cas formellement confirmés à la date du 03 mai 2020 ? La diminution du nombre de cas constatée ces derniers temps est-elle liée à ces mesures ou à la spécificité de l’évolution de l’épidémie dans les pays africains ?

Le deuxième axe stratégique du gouvernement porte sur le recours à l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE). Cette stratégie a pour objectif spécifique, au niveau du MENAPLN, de « diffuser des ressources pédagogiques numériques par le canal de la radio, la télévision, la presse écrite, des applications androïdes, des fichiers téléchargeables et des supports amovibles ».

Au regard des réalités sociales et économiques dans notre pays, le recours à cette option engendrera des inégalités énormes entre les apprenants. Or, la loi d’orientation de l’éducation, en son article 3 alinéa 2 stipule que « toute personne vivant au Burkina a droit à l’éducation, sans discrimination aucune, notamment celle fondée sur le sexe, l’origine sociale, la race, la religion, les opinions politiques, la nationalité ou l’état de santé. Ce droit s’exerce sur la base de l’équité et de l’égalité des chances entre tous les citoyens ».

Au niveau particulièrement des universités, on note qu’au moment où toutes les universités sont fermées, les Vice-président chargé des enseignements et des innovations pédagogiques ont décidé de demander aux enseignants, à travers des mails laconiques, de leur envoyer les ressources numériques des cours pour les poster sur la plate-forme de l’Université Virtuelle. Les ressources demandées sont les « polycopies » (en PDF ou Word) ou les PowerPoint.

Le plan d’action montre l’impréparation des autorités de telle sorte que les contradictions sont flagrantes d’une université à une autre. Pendant que l’Université Joseph Ki-Zerbo parle de création de conditions pour le présentiel, un guide est conçu à l’Université Norbert Zongo pour recevoir les polycops à transmettre aux étudiants et l’Université Nazi Boni a basculé totalement pour les cours à distance. C’est le signe d’une navigation à vue. Le recours aux technologies de l’information ne prend pas en compte la problématique de l’impréparation des différents acteurs des universités (étudiants et enseignants notamment).

Les enseignants n’ont jamais été formés aux outils de l’enseignement à distance tandis que la majorité des étudiants termine le cycle de la licence sans maitriser l’outil informatique.

A ce niveau, les propositions du plan contiennent des dispositions très graves à travers ce qui est appelé le tutorat. La disposition suivante permet de se faire une idée de la réforme en cours : les enseignants lorsqu’ils postent leurs cours sur la plateforme et effectuent le tutorat, ils capitalisent à 100% leurs volumes horaires. Nous comprenons que l’enseignant en ayant remis son cours sous forme numérique ou polycopiée, n’aura d’autre rôle que de le commenter. Par exemple il peut passer 10 h à commenter son cours de 50 h ; ensuite il marquera sur dans le cahier de texte et sur sa fiche de décompte qu’il a effectué 50 h. Ce type de procédé est malhonnête car il encourage les enseignants à tricher sur la réalité des heures effectuées. De la part des institutions éducatives d’un Etat, cela est assez grave car il répand l’esprit de corruption et d’irresponsabilité.

L’initiative de reprise globale des cours est évaluée, au niveau du seul MENAPLN à huit milliards deux cent cinquante-trois millions neuf cent soixante-quinze mille deux vingt francs CFA (8 253 975 220f/CFA). Si l’on part des normes de réalisation qui situent le coût de réalisation d’un bloc de quatre (4) salles de classe à 32 millions, comme cela l’est officiellement, on retiendra qu’avec une telle somme, l’Etat sera à mesure de réaliser au moins deux cent cinquante-sept (257) blocs de 4 classes chacun. Cette crise liée au COVID-19 doit amener à la recherche de solutions structurelles et pérennes à notre système éducatif et non des solutions conjoncturelles et mal ficelées et qui saperont davantage sa qualité. La fin de la crise du coronavirus ne signifie pas la fin de toute situation de risque pouvant mettre à mal l’éducation. Cela recommande plus une vision et une démarche prospectives.

Du point de vue de la gouvernance, on note que le MENAPLN présente un plan de riposte pour une continuité éducative dans le contexte du covid19, le Ministère des Enseignements supérieurs, de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MESRSI) présente également son plan. Ces actions isolées traduisent un manque de coordination et de vision holistique dans la gestion de la situation dans le secteur de l’éducation et de la recherche. Une telle attitude laisse la place à la mise en avant d’intérêts égoïstes, avec au centre des recherches de gains politiques et/ou financiers, de la part des premiers responsables. L’intérêts de l’éducation et de la recherche est ainsi sacrifié sur l’autel d’ambitions personnelles.

D’ailleurs, on peut s’interroger sur les motivations réelles du gouvernement et de tous ceux qui poussent à une reprise des cours ici et maintenant sans une certitude que la pandémie est loin d’être maitrisée ? N’y a-t-il pas d’autres options pour achever l’année scolaire ? Si l’on tient à achever les cours et les évaluations convenablement, pourquoi cela ne s’envisage pas à un autre moment où l’on aurait l’assurance que la pandémie est maitrisée ? Cela aurait deux avantages importants : le temps d’une maitrise suffisante de l’évolution de la pandémie ou de moyens appropriés pour lutter contre elle ; une exécution du reste des activités académiques et scolaires sans précipitation et dans l’intérêt des étudiants et élèves.

En outre, le plan proposé par le gouvernement l’est dans un contexte de répression de nombreux travailleurs de l’éducation à travers notamment des suspensions de salaires à la fin des mois de mars et d’avril 2020. Nos organisations syndicales ont posé le règlement de cette question comme préalable à toute reprise normale des activités pédagogiques dans un document adressé aux autorités.

Au regard de cette analyse, la décision de reprise des activités pédagogiques axée sur le retour des élèves et étudiants dans les classes et amphis est trop prématurée et cavalière. Elle comporte de nombreux risques pour les acteurs de l’éducation et de la recherche. De ce point de vue elle est synonyme d’aventure. Aussi, nos organisations appellent-t-elles les travailleurs, les élèves et leurs parents à mesurer tous les risques liés à cette situation.

L’année scolaire 2019-2020 peut bel et bien s’achever correctement. Pour cela, il importe que le gouvernement réunisse toutes les conditions pour une reprise sereine des activités pédagogiques et académiques. Ces conditions sont celles de la satisfaction du préalable posé par nos organisations syndicales, le choix du moment opportun à la reprise des cours et/ou la mise en place de mesures barrières et appropriées de la propagation de la pandémie.

Fait à Ouagadougou, le 05 mai 2020.

Ont Signé

Pour la F-SYNTER
Secrétaire Général
Souleymane BADIEL

Pour le SYNATEB
Secrétaire Général
François de Salle YAMEOGO

Pour le SYNAPAGER
Secrétaire général
Windyam ZONGO

Juste Koumara LOGOBANA
Secrétaire Général
Pour le SYNTAS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom