Éducation : Des artistes et l’ONG Save The Children plaident pour la cause de 700 000 enfants déscolarisés

0

Trois ténors de la musique africaine se sont réunis autour d’un projet artistique afin de plaider pour la cause des enfants qui ont abandonné l’école à cause des attaques terroristes. Le projet élaboré autour d’une chanson avec un clip vidéo a été dévoilé ce jeudi 09 septembre 2021 à Ouagadougou, en marge de la Journée internationale pour la Protection de l’éducation contre les attaques.

Selon les données fournies par l’ONG Save the Children, 3864 écoles sont fermées dans les trois pays sahéliens que sont le Burkina Faso, le Mali et le Niger laissant en rade 700 000 enfants et 19 000 enseignants.

A en croire toujours cet organisme international, parmi ces 700 000 enfants, beaucoup d’entre eux « n’auront plus la chance de retourner à l’école et sont exposés à plusieurs formes de violences et d’abus tels que le mariage forcé, le travail forcé, les violences basées sur les genres ainsi que le risque d’être enrôlés par les groupes armés ».

Une vue du presidium à la présentation du projet

Pour éviter qu’un tel désastre se produise, l’ONG Save the children a initié le projet « Je veux retourner à l’école », un projet artistique porté par trois célébrités musicales et « militants convaincus de la cause sociale » que sont Alif Naaba du Burkina, Safiath du Niger et Vieux Farka Touré du Mali.

Ces artistes ont produit ensemble une chanson dans laquelle ils se font les porte-voix des enfants saheliens qui sont en situation difficile d’étude, et passent un message aux autorités compétentes à travers un plaidoyer pour la mise en œuvre des engagements pris dans la déclaration sur la sécurité dans les écoles.

Benoît Delsarte, Directeur Pays Save The Children

La chanson dégage un message qui est de « faire des plaidoyers auprès des autorités pour arriver à assurer la sécurité des écoles afin qu’elles cessent de fermer, et puissent rouvrir (les portes) pour certaines d’entre elles si possible. C’est aussi interpeller les différents acteurs sur la nécessité de garantir l’éducation pour les enfants dans les zones de conflits», a indiqué Benoît Delsarte, Directeur Pays Save The Children.

L’œuvre a été réalisée sous la direction artistique de « La cour du naaba ». Pour Alif Naaba, membre de cette maison de production et l’un des artistes ayant porté la voix sur cette chanson, c’est « un réel plaisir de participer à un tel projet ». « C’est un projet humain, c’est un acte humain. La question des enfants est très importante et je suis engagé dans le milieu depuis 2005. On a travaillé avec Save The Children pour être sûr que ce qu’on dit c’est exactement ce qui se passe là-bas.», a t-il expliqué.

Alif Naaba, artiste burkinabè qui plaide pour la cause des enfants depuis plusieurs années

C’est une oeuvre produite avec la combinaison de 03 langues différentes dont une langue par pays avec comme priorité les langues nationales.

L’organisme Save The Children affirme également que cette chanson accompagnée du clip vidéo est la première phase de ce projet «Je veux retourner à l’école ». La seconde phase, quant à elle, sera une campagne de sensibilisation au niveau communautaire dans les mois à venir.

Mouni Ouédraogo
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom