Éducation: les enseignants vacataires menacent de boycotter la reprise du 1er juin

0


La Coordination régionale des Enseignants du Privé du Centre (CREPC) a organisé une Assemblée générale (AG) le samedi 30 mai 2020 à la Bourse du Travail de Ouagadougou. A l’ordre du jour, l’accompagnement annoncé par le gouvernement et la reprise des cours le 1er juin prochain.

Pour la coordination, « c’est avec amertume » qu’elle a appris la reprise prochaine des cours alors que la question de l’accompagnement annoncé par le gouvernement n’est pas effective. Ces enseignants disent avoir des difficultés à joindre les deux bouts au point que certains d’entre-eux vivent sur la base de crédits. Ainsi, la coordination par la voix de son président Brahima Kinda, exige la satisfaction de leurs doléances pour que la reprise des cours soit effective. Précisément, M. Kinda exige un accompagnement de la part de leurs différents établissements employeurs et aussi de la part du gouvernement car, a-t-il indiqué, « c’est vrai que nous sommes dans le privé mais nous contribuons aussi à l’éducation des enfants de notre pays ».

A ce sujet, les vacataires ont fait savoir que par rapport à l’accompagnement du gouvernement, ils ont rencontré le ministre qui leur a promis de leur revenir. Un retour qui selon eux, tarde à venir.

Alors, si ces préoccupations ne sont pas prises en compte, « ce serait difficile de rejoindre les classes parce que cela signifierait que les uns et les autres vont encore baigner dans le crédit », a réagi le président de la coordination.

En outre, M. Kinda a appelé ses camarades à rester à l’écoute jusqu’au soir du 31 mai pour savoir la conduite à tenir sur la reprise ou pas des cours en fonction des réponses qui seront données à leurs préoccupations.

Autre problème soulevé par les enseignants vacataires, c’est le sort réservé à ceux d’entre-eux qui ne tiennent pas des classes d’examen. « Si nous reprenons les cours en 3e ou en Tle pendant que nos camarades qui n’ont pas de classe d’examen sont en train de baver, je pense que le problème n’est pas réglé », s’est offusqué M. Kinda.

Les enseignants vacataires se sont mobilisés pour leur Assemblée générale

Vers une approche judiciaire

La CREPC entend mener d’autres actions sur le terrain si ses préoccupations ne sont pas satisfaites. A ce sujet, Brahima Kinda, tout en déplorant que les enseignants vacataires ne soient pas associés aux rencontres initiées par le ministre dans le cadre de l’achèvement de l’année, n’exclut pas l’organisation d’un sit-in en approchant certains syndicats de l’éducation comme la F-SYNTER.

Outre cela, la coordination a laissé entendre qu’elle va consulter l’inspection du travail pour savoir la conduite à tenir étant donné que depuis la suspension des cours, plusieurs d’entre-eux ont vu leur contrat suspendu par leurs employeurs. Dans la foulée, la CREPC entend approcher le Mouvement burkinabè des Droits de l’Homme et des Peuples (MBDHP) pour se faire conseiller.

Franck Michaël KOLA
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom