Hackathon smart city I: La start-up Clean City championne

0

La première édition du hackathon smart city a livré son verdict. Après trois jours de compétition, 10 des 20 projets sélectionnés sur plus de la centaine présentés au départ ont atteint la dernière marche. Ces 10 meilleurs projets ont été distingués ce samedi 23 octobre 2021 au siège de l’Institut supérieur de Génie électrique du Burkina Faso (ISGE-BF), en présence du Directeur général dudit institut, Innocent Compaoré, de la représentante de la ministre en charge de l’économie numérique et d’autres personnalités.

« Comment trouver des solutions digitales innovantes aux défis de nos villes actuelles et futures ?», c’est autour de ce thème que plusieurs jeunes de divers horizons du Burkina ont réfléchi trois jours durant. Ces jeunes, réunis en 20 équipes ont proposé des projets technologiques pour faciliter la vie des les villes. Mais au finish, ce sont 10 projets qui ont retenu l’attention du jury.

« Viable, rentable, durable », tels sont les critères que devaient présenter les projets pour convaincre le jury. En cela, avec 27 points sur 30, Clean City de l’équipe dirigée par Aïcha Nana s’est mieux illustrée, selon les juges de la compétition. « Au sein de Clean city, nous avons vu surtout un projet qui pourra se réaliser et qui a besoin d’accompagnement juste après cette récompense. C’est le projet qui a retenu notre attention surtout par l’effort dans l’innovation, un projet réalisable, rentable et durable », s’est exprimé Elda Koama du jury sur le projet retenu premier.

Les dix projets primés

En effet, Clean city est « une application qui va permettre aux ménages d’évacuer leurs déchets de façon optimiste et rapide… », a indiqué Aïcha Nana. Dans le détail, la championne de la première édition de cet hackathon a expliqué que c’est « une application à partir de laquelle l’on peut envoyer des requêtes vers un autre destinataire pour juste lui demander de passer devant chez soi pour récupérer les ordures ». Sur ces précisions, le représentant du maire de Ouagadougou, Epiphane Coulibaly n’a pas caché l’intérêt que revêt ce projet pour la capitale.

Au nom du maire de Ouagadougou, parrain de la cérémonie, M. Coulibaly a salué l’engouement des jeunes autour du projet smart city. Partant, il a rassuré que la mairie est disposée à accompagner le projet qui a retenu l’assentiment du jury, le projet Clean city, pour rendre Ouagadougou plus propre.

Le numérique pour atteindre le développement

Maïmouna Ouedraogo, la représentante de la ministre en charge de l’économie numérique a remercié l’ISGE-BF pour l’organisation du hackathon et le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) pour ses efforts à « accompagner les projets de digitalisation » en misant notamment sur les jeunes. Elle reste convaincue qu’avec l’accompagnement du ministère de l’économie, l’ISGE-BF pourra conduire les 10 projets retenus « à une véritable maturation » afin de « rendre nos villes encore meilleures ».

Et au représentant du PNUD, Christian Ouedraogo de se réjouir à son tour des résultats de cette première édition en ces termes : « il est certain que les 10 projets qui ont été sélectionnés contribueront à rendre nos villes plus intelligentes et aussi à améliorer notre cadre de vie ».  Par ailleurs, félicitant l’ISGE-BF pour « l’organisation réussie de ce premier hackathon », M. Ouedraogo considère ce hackathon comme la preuve que « le numérique peut être utilisé comme moyen pour atteindre différents objectifs de développement ».

Tout cela a réconforté le DG de l’ISGE, pour qui cette première édition est un « pari gagné ». L’engouement avec les 127 projets enregistrés au départ pour retenir 20 et enfin primer 10 ; mais aussi et surtout « la qualité des projets présentés lors des speechs », sont les principaux points de satisfaction pour M. Compaoré. 

Enfin, en attendant la prochaine édition, le DG de l’ISGE a précisé qu’avec l’accompagnement du PNUD, les 10 projets qui ont été primés à hauteur d’un million de F CFA seront accompagnés pendant 6 mois à travers notamment « un fond d’amorçage prévu » à cet effet.

Franck Michaël KOLA

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom