IUTS: Bassolma Bazié donne des pistes à l’État pour renflouer ses caisses

9

En conférence de presse ce mardi, les syndicats en mouvement contre l’application de l’impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) sur les primes et indemnités des travailleurs du public ont encore renouvelé leur volonté a s’opposer farouchement à l’application de cet impôt sur leurs primes et indemnités. Ils vont plus loin en montrant des pistes que le gouvernement pourrait emprunter pour renflouer les caisses au lieu de vouloir « pressurer les pauvres travailleurs ».

Pendant que l’État veut pressurer les pauvres travailleurs, il se montre au contraire complaisant envers les acteurs des secteurs à fort potentiel fiscal tels que le foncier, l’or, les télécommunications, les banques, et ferme les yeux sur des tas de malversations dans la gestion des ressources publics, a soutenu Bassolma Bazié, porte-parole de ces syndicats. À titre illustratif, confie-t-il que les restes à recouvrer (RAR) que les entreprises doivent à la Direction générale des impôts (DGI) s’élèvent à plus de 400 milliards. Il y a aussi, selon lui, plus de 600 milliards de détournements (pertes) mises à nu par les enquêtes parlementaires sur le foncier et dans le secteur minier en 2016; les chèques impayés émis par les contribuables a la Douane, aux impôts comme dans d’autres administrations publiques au 31 décembre 2016 s’élevaient à une centaine de milliards. Les restes à recouvrer révélés par le rapport d’enquête parlementaire du Conseil national de la transition (CNT), révèle-t-il, sont restés dans les tiroirs.

Aussi, selon le président de la commission d’enquête parlementaire sur le foncier, le député Boureima Barry, « pratiquement tous les promoteurs immobiliers ne sont pas à jour. La dette fiscale est estimée à plus de 16 milliards ».

Ainsi, il y a les évasions fiscales et les exonérations fiscales injustes opérées au niveau des sociétés minières qui ne paient pas d’impôts à hauteur de leurs productions; la fraude douanière des motocyclettes fait perdre à l’État plus de 60 millions de francs par jour, soit plus de 20 milliards dans l’année.

Les prêts « indûment contractés » par des anciens ministres, députés, présidents d’institutions, personnalités morales non encore remboursés s’évaluent à plus de 20 milliards de FCFA, à en croire M. Bazié, ajoutant que la fraude sur la TVA fait perdre à l’État des centaines de milliards par an. Les redressements fiscaux a la douane comme aux impôts anormalement transigés par l’administration financière ont fait perdre à l’État des centaines de milliards. « Les caisses noires dont les montants croissent de façon exponentielle: leur nombre est passé de 5 à 11 et le montant est passé de 31,5 à 205 milliards de francs courant 2019 », selon le porte-parole des syndicats qui ajoute que les traitements spéciaux que les membres du gouvernement se sont accordés sont en violation du décret fixant leurs émoluments, etc.

« Voilà autant de pistes pour renflouer les caisses de l’État. Aussi, faudrait-il que lesdites ressources soient gérées de manière vertueuse au profit des travailleurs », a conclu Bassolma Bazié.

En rappel, les syndicats avaient décidé, au cours de leur meeting du 24 février dernier, de la tenue d’une marche-meeting le samedi 7 mars 2020 sur toute étendue du territoire national ; une grève générale le 120 heures du 16 au 20 mars 2020; une marche-meeting le mardi 17 mars 2020 sur toute l’étendue du territoire national, et de nombreuses autres actions sectorielles pour exiger du gouvernement, les respect et la mise en oeuvre des différents engagements pris par le gouvernement vis-à-vis des syndicats des travailleurs ; l’arrêt des mesures de baisse du pouvoir d’achat et l’amélioration de celui-ci en rapport avec le coût de la vie; l’arrêt du pillage des ressources nationales, etc.

Armand Kinda

Minute.bf

9 COMMENTAIRES

  1. Je partage parfaitement ce combat acherné contre L’IUTS. Mais cher général Bassolma, acceptons payer l’IUTS et demandons à l’Etat de faire le reste. Sinon, c’est une fuite de responsabilité à mon avis. Comment peut on faire pour renflouer les caisses de l’Etat ? Que l’Etat aille ailleurs, pas chez moi fonctionnaire ! C’est de l’enfentillage, c’est du populisme creux et inutile.
    Assumons d’abord nos responsabilités avant de demander aux autres d’assumer les leurs, en ce moment on est plus crédible. C’est mon avis.

    • Les fonctionnaires payaient déjà l’iuts!!! C’est son élargissement injuste qu’ils refusent. Aux gouvernants d’être responsables et exemplaires à la hauteur des fonctionnaires dont les salaires ne suffisent même pas, qui doivent venir tout le temps en aide à leurs familles manches courtes, manches longues !!!

        • C’est ça on appelle de l’equilibrisme, on ne peut pas être neutre dans ce genres de situations. Si on est neutre c’est qu’on a choisi le camp de l’oppresseur. En situations de crise des gens comme vous sont les plus dangereux !!!!!! Vous refusez de prendre position et y’a pas plus que le mot « lâcheté » pour vous caractériser !!!!!

    • Les travailleurs payent déjà l’IUTS. C’est son élargissement sur les primes et indemnités qui posent problème

    • Est-ce que ce Monsieur sait que nous payons déjà l’iuts sur nos salaires ? Malgré cela il faut encore le faire sur nos primes et indemnités pendant que les autres se la coule douce ? Quand même, nous ne sommes pas les seuls burkinabè qui devons construire le pays. Pour vous, il faut continuer à saigner les travailleurs pendant que les grosses firmes et autres personnalités continuent à faire du profit, rien que du profit, sans impôts à reverser .? Il faut donc attendre, sinon on joue dans le populisme,selon vous. Malgré que je joins difficilement les deux bouts du fait de la cherté de la vie,je paie déjà 154.092f d’iuts par an. Si un travailleur comme moi ( je suis enseignant ) paie déjà plus de cent cinquante mille francs d’impôts, imaginez ce qu’une grande société devrait payer. Du reste, ce que le camarade Bazié a énuméré n’est qu’un rappel, et vous le savez. Le gouvernement ne peut pas compter uniquement sur l’iuts pour gérer le pays.
      D’ailleurs, c’est le même gouvernement qui reconnaît que l’iuts est le 3ème impôt qui donne plus d’argent au trésor public ; ça veut dire qu’effectivement les travailleurs paient l’impôt.
      On nous fait croire que c’est la loi qu’on applique. Je demande à chacun et à tous d’interviewer sa conscience, et d’accepter être un bâtard, si c’est la seule loi qui n’était pas appliquée au Faso. Moi je ne suis pas un bâtard ni un apatride car je sais et je reconnais qu’il y a bel et bien des lois non mise en application au Burkina, et que, si celle relative à l’iuts sur les primes et indemnités n’est pas mise en application, le pays ne va pas sombrer. Au contraire, ce sont les apatrides et les rapaces du pays qui veulent faire sombrer notre pays car ils savent très bien que les honnêtes travailleurs n’accepteront jamais ce poids de deux mesures.
      Bref ! Le gouvernement a toujours trahi ses accompagnateurs-défenseurs ( ils l’ont dit eux-mêmes) mais ces derniers continuent de jouer leur rôle ; et comme ce n’est qu’un rôle, ils vont continuer à jouer, alors jouez avec eux.
      LORSQU’ON SAIT CE DONT LE DIABLE EST CAPABLE, ON NE S’ASSOIT PAS A SA TABLE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom