Législatives 2020 : Le recours du NTD irrecevable mais celui de Zalissa Koumaré demeure

0

Les élections législatives ont eu lieu le 22 novembre 2020 au Burkina. Des scrutins entachés d’irrégularités et de cas de fraudes selon les différents acteurs, qui n’ont pas manqué de saisir le Conseil constitutionnel pour se faire justice. C’est le cas du Nouveau Temps pour la Démocratie (NTD), qui a déposé un recours contre le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) dans le Lorum, précisément à Banh, demandant l’annulation des législatives dans la localité.

Du recours du NTD, le Conseil constitutionnel se fondant sur l’article 194 du code électoral, l’a estimé irrecevable, le recours devant être présenté par un citoyen et non par un parti.

Tout de même, selon une source proche du parti contactée par www.minute.bf, Mme Koumaré, en plus de la requête au nom du parti, a introduit une autre requête en son nom. Par ailleurs, selon la même source, trois (03) autres candidats ont également déposé des recours sur les législatives dans la même localité.

Ainsi, à l’entendre, l’annulation du recours au nom du parti n’est pas une surprise, la requérante fondant ses attentes sur le recours en son nom propre.

En rappel, au lendemain des scrutins du 22 novembre, Minute.bf contactait Zalissa Koumaré/ Ouillio pour en savoir plus sur un recours intenté contre le MPP, à Banh, dans le Lorum avec pour argument, des cas de fraudes, des « chiffres fabriqués » pour gagner les législatives. Mme Koumaré confirmait l’information et indiquait se plier au verdict du Conseil constitutionnel. Maintenant que le recours au nom du parti a été jugé irrecevable, la requête en son nom propre lui donnera-t-elle raison ? Seul le Conseil constitutionnel peut répondre a cette question.

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom