Aphrodisiaques « naturels »: La drogue sexuelle en vogue à Ouagadougou

0

Les aphrodisiaques dits naturels. La drogue sexuelle en vogue à Ouagadougou. Ces décoctions font des miracles. Du moins c’est ce que laissent croire les affiches A4 accrochées sur les feux tricolores, que le maire de la ville de Ouagadougou a fait arracher illico presto. « Kankan », « Atoté », ou encore « Kognon Mousso Yako » sont, entre autres, les produits qui font miroiter une vie sexuelle hors du commun. Mais que valent-ils vraiment ? Le journal Minute.bf, pendant quelques mois s’est plongé dans cet univers rempli d’aphrodisiaques de tout genre.

Les stimulants sexuels existent sous plusieurs formes et noms. Du « savon magique » au sirop « soulage-moi », en passant par les pommades et les comprimés, le client a le choix.

« Docteur gros caleçon » comme il se fait appeler par ses clients, est commerçant d’une large gamme de ces décoctions. Les maux qu’il dit soigner sont presque les mêmes : l’éjaculation précoce, les troubles de l’érection et le manque d’endurance sexuelle. « Nous avons aussi des produits pour faire grossir le pénis en taille et en longueur » ajoute-t-il. Mais que contiennent ses produits. « C’est naturel », répond sèchement sans plus de détails, ce docteur atypique.

Ses « gros clients » ne sont pas les hommes, dit-il, mais majoritairement des femmes. « Oui, les femmes. Elles viennent beaucoup se plaindre tout le temps de l’incompétence sexuelle de leur homme et achètent mes produits pour eux ».

Rachid, un autre vendeur, ajoute que ses clientes « réclament des doses assez serrées pour leurs époux ». Parmi les clients, il y a aussi les prostitués hommes, qui, pour augmenter leurs performances avec leurs clientes, et accroitre leurs chiffres d’affaires, n’hésitent pas à investir dans leur obélisque. Les coûts varient entre 5 000 et 25 000 francs CFA. « Et pour eux la composition est exceptionnelle. Vu l’ampleur de leur job je suis obligé de bien les gérer », explique docteur gros caleçon.

« Ma partenaire rend témoignage »

Mathias est l’un des utilisateurs de ces potions magiques que nous avons rencontré. Son produit à lui, c’est « soulage-moi », qu’il prend depuis 05 mois, et une ou deux heures avant l’acte sexuel, pour retarder son éjaculation. « Être fort, c’est mon objectif », dit-il.
Et son pari est plutôt gagné pour l’instant. « Ma partenaire rend témoignage », confie-t-il, tout fier de lui .

Rody, jeune cadre, lui, utilisait un des savons proposés ça et là pour retarder l’éjaculation. De son récit, les effets sur ses performances ont été positifs pendant un temps, après un mois. Avant l’utilisation du savon, la durée moyenne de ses rapports sexuels était d’environ « une minute« . Puis elle est passée à une « vingtaine de minutes« , nous confie-t-il. « Mais, à un moment, j’ai commencé à espacer l’utilisation du savon et j’ai constaté que mes performances n’avaient pas diminué et n’étaient pas revenues comme avant. J’ai donc déduit que tout se passait dans ma tête », fait-il remarquer.

La perception d’efficacité est presque le même chez Silly: « Un vrai homme, c’est celui qui dure au lit, donc moi je n’hésite pas à me procurer ces produits pour durer au lit. Généralement je fais usage de produits aphrodisiaques naturels. Je crois que comme c’est du naturel, il n’y a pas de conséquences sur la santé ».

Les médecins demandent la vigilance ou, au mieux, l’abstinence dans la consommation de ces produits aphrodisiaques dits naturels…

La sildénafil, un usage abusif sur le marché

Sans conséquences ? Pas sûr. Le 24 juillet dernier, le laboratoire national de santé publique (LNSP) attirait l’attention sur l’usage de ces produits qui pullulent dans la ville. Selon le LNSP, la plupart des décoctions contiennent de la sildénafil, une substance utilisée en pharmacie pour traiter les troubles d’érection. Son principe actif est qu’il favorise une érection plus longue, en accentuant l’afflux sanguin vers le pénis, explique le Pr. Elie Kabré, directeur du LNSP.

La sildénafil peut s’acheter sans ordonnance non seulement en pharmacie, mais aussi sur le marché. Et c’est là que le bât blesse. Sur la place publique, aucun contrôle n’est fait. La contrefaçon de la sildénafil circule. Et le surdosage est la norme pour obtenir des effets rapides.
Consommée avec un mauvais dosage, cette substance, y compris les aphrodisiaques de façon générale, peut entrainer à court terme, un arrêt cardiaque. A long terme cela crée une « dépendance », a expliqué Dr LOUARI, gynécologue.

Le fait que la composition exacte des produits miracles dits naturels ne soit pas connue, et le fait que ceux-ci échappent à tout contrôle pharmaceutique, en fait des « produits potentiellement dangereux ». Au regard des conséquences que peuvent avoir ces produits dit « naturels » sur la santé des consommateurs, le Pr Elie Kabré et le docteur Louari appellent à la vigilance et invitent les consommateurs à s’abstenir de consommer ces produits dangereux pour leur santé.

Sandrine Bado

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom