Lycée Zinda Kaboré : « Rien ici n’est respecté, les mesures barrières sont bafouées » (élève)

0


Les élèves en classe d’examen des lycées et collèges de la ville de Ouagadougou ont animé une conférence de presse le vendredi 5 juin 2020 au Lycée Philippe Zinda Kaboré pour témoigner leur accompagnement à la décision du gouvernement de valider l’année scolaire pour les élèves en classes intermédiaires et d’organiser les examens pour les autres. Conférence de presse qui a été perturbée par un groupe d’élèves qui ont dénoncé des « camarades manipulés » pour faire croire à l’opinion que toutes les conditions sont réunies pour la reprise des cours dans le but d’aboutir aux examens.

Les organisateurs de la conférence par la voix de leur porte-parole, Ouédraogo Cheik Abdoul, élève en Tle C au Lycée Philippe Zinda Kaboré, ont salué une « décision sage et courageuse » de le part de l’autorité, en ce qui concerne l’achèvement de l’année scolaire 2019-2020. Toutefois, pour que les examens se tiennent dans de bonnes conditions, ces derniers qui disent n’être manipulés ni par le gouvernement ni par les syndicats, ont invité tous les acteurs du système éducatif à accorder leur violon. « Nous invitons les uns et les autres à taire leurs querelles politico-politiciennes pour ne pas prendre en otage notre avenir car, en définitive, nous, élèves, refusons d’être sacrifiés sur l’autel des intérêts partisans », a lancé Cheikh Abdoul Ouédraogo. Ainsi, convaincu que « nul ne veut que les examens n’aient pas lieu », ce dernier a regretté le comportement de ses camarades qui ont stoppé la rencontre.

Alice Sawadogo, élève en Tle D au Lycée Zinda Kaboré

Les frondeurs quant à eux, pointent du doigt la « manipulation » de certains de leurs camarades par des « responsables d’établissements » pour donner l’impression que tout est fin prêt pour la reprise normale des cours et partant, pour la bonne tenue des examens. « Rien ici n’est respecté, les mesures barrières sont bafouées », a regretté Alice Sawadogo, élève en Tle D au Lycée Zinda Kaboré, expliquant pourquoi avec ses camarades contestataires, ils ont empêché les « autres de dires des sottises devant l’opinion publique ».

A en croire cette dernière, les élèves sont assis « deux par table-banc, ce qui ne respecte pas la distanciation » et « pour chaque bâtiment, il n’y a qu’une seule boule de savon, ce qui est insuffisant en plus des robinets installés pour la circonstances dont bon nombre ne fonctionnent pas ».

En outre, les protestataires ont également indiqué que certains enseignants refusent de donner cours à cause du non respect des mesures barrières notamment l’inobservation de la distanciation sociale dans les classes alors que, à cet effet, le gouvernement avait laissé entendre que les classes allaient être scindées pour désengorger les effectifs.

Que dit l’administration ?

Alexis Kyelem, proviseur du Lycée Philippe Zinda Kaboré assure que les mesures barrières sont respectées

Le proviseur du Lycée Philippe Zinda Kaboré, Alexis Kyelem a, quant à lui, botté en touche l’ensemble des accusations sur le non respect des mesures barrières dans son établissement. Alors que Alice Sawadogo dit avoir à plusieurs reprises, avec ses camarades, approché l’administration pour exposer les problèmes susmentionnés en vain, « ce n’est pas exact », a rétorqué le proviseur. Reconnaissant avoir, sur demande des organisateurs de la conférence, autorisé sa tenue, M. Kyelem a regretté le comportement des élèves qui tendent à refuser la liberté d’expression aux autres avant de démentir la version selon laquelle la conférence a été orchestrée par l’administration.

Sur le cas spécifique du non respect des mesures barrières dans son établissement, « la distanciation physique dans les salles de classe est respectée de mon point de vue et les élèves ont tous des masques », a rassuré le proviseur tout en précisant qu’une centaine de robinets ont été installés avec une dotation conséquente en savon.

Aussi, a-t-il rassuré que les professeurs sont à leur poste et que la plupart des absents se sont excusés pour maladie.

En tout état de cause, des organisateurs de la conférence au proviseur du Lycée, en passant par les contestataires, tous ont souhaité la tenue des examens dans de bonnes conditions pour couronner l’année scolaire.

Franck Michaël KOLA
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom