Ministère de la justice : Réné Bagoro et Maminata Ouattara cèdent leur place à Victoria Ouédraogo

0

Nommés le dimanche 10 janvier 2021, Réné Bagoro et Maminata Ouattara/Ouattara ont passé le témoin à Victoria Ouédraogo/Kibora ce jeudi 14 janvier 2021 à Ouagadougou. Installée dans ses nouvelles fonctions, elle aura la lourde tâche de relever les différents défis au niveau de la justice, des droits humains et de la promotion civique.

Le ministère de la justice, garde des sceaux auparavant dirigé par Réné Bagoro a été fusionné au ministère des droits humains et de la promotion civique qui était dirigé par Maminata Ouattara/Ouattara, pour en faire un seul ministère qui sera chapeauté par Victoria Ouédraogo/Kibora, nommée dans le gouvernement Dabiré II le 10 janvier dernier. Elle devra donc diriger le ministère de la justice, garde des sceaux, des droits humains et de la promotion civique.

L’ ancien chef du département de la justice, René Bagoro a, au cours de la cérémonie de passation de charge indiqué que cela fait 6 ans qu’il est ministre dont 5 ans à la tête du ministère en charge de la justice et des droits humains. « J’ai appris à être résilient, parce que nous sommes arrivés à la tête de ce département dans un contexte de fronde sociale, de lutte contre le terrorisme et entre temps le Covid-19 s’est invité. J’ai appris aux côtés de mes supérieurs hiérarchiques notamment le président du Faso à être résilient, à avoir le sens de la responsabilité face à toute situation », a-t-il soutenu, avant de poursuivre que plusieurs acquis on été engrangés au cours de son séjour à la tête de ce département. Il a ainsi souhaité plein succès à la nouvelle équipe qui va travailler à renforcer les acquis et relever les grands défis du ministère.

Victoria Ouédraogo/Kibora, ministre de la justice, garde des sceaux, des droits humains et de la promotion civique

Pour avoir dirigé le ministère des droits humains et de la promotion civique, la plus grande satisfaction pour Maminata Ouattara/Ouattara est la contribution à l’effectivité des droits humains, « une quête permanente et un travail continu », selon elle. La ministre sortante Maminata Ouattara se dit heureuse d’avoir apporté sa « petite contribution en faisant élaborer des documents de plans d’actions 2020-2024 concernant l’éducation des droits humains, et des documents qui prennent en compte l’approche basée sur les droits humains dans les politiques et l’operationalisation du secrétariat permanent de l’observatoire national de prévention et de gestion des conflits créé depuis 2015 ».

La nouvelle ministre Victoria Ouédraogo/Kibora, pour sa part, affirme que les priorités seront mises sur les dossiers qui ont déjà été entamés par ses prédécesseurs. « Avec le ministre sortant, nous avons fait un état ce matin. Il m’a donc transmis les dossiers prioritaires qui sont en chantier et qui nécessiteraient que l’on s’y attèle pour trouver un aboutissement dans les jours à venir. Je sais quelle est l’ampleur de la tâche qui m’est confiée car ce ministère a connu une scission avant de se refusioner », a-t-elle affirmé.

Mireille Sandrine Bado
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom