Mouvement « je suis Burkina »: Un dialogue « non partisan » pour la paix dans les jours à venir

0

Le mouvement « je suis Burkina » a organisé une réunion le 14 novembre 2019 à Ouagadougou pour, dit-il, entamer un pré-dialogue en prélude à l’organisation d’un dialogue national sur la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso. Cette rencontre, selon le coordonnateur du mouvement Abdoul Aziz Bougma, doit permettre au mouvement « Je suis Burkina » de soumettre le thème et les sous thèmes qui vont servir au dialogue à l’appréciation de plusieurs personnalités politiques, religieuses, coutumières et associatives venues soutenir l’initiative.

« C’est la rupture du dialogue franc, d’une part, et la rupture du dialogue entre les jeunes et les vieux d’autre part qui font qu’aujourd’hui on a une crise sans précédent au Burkina ». C’est l’intime conviction de Abdoul Aziz Bougma, coordonnateur du mouvement « Je suis Burkina ». Pour lui, le dialogue est la condition sine qua non à un retour de la paix au Burkina Faso. C’est la raison pour laquelle le mouvement a pensé à organiser un dialogue national pour que « les Burkinabè puissent se parler afin que le pays puisse retrouver la paix qu’il vivait jadis».

Pour ce faire, le mouvement « je suis Burkina » a initié une rencontre au cours de laquelle, toutes les couches sociales du pays prendront part pour un pré dialogue social « non partisan et sans aucune discrimination », a précisé Abdoul Aziz Bougma. Selon lui, ce pré-dialogue est nécessaire pour jeter les bases du dialogue lui-même en ce sens qu’il permettra de recueillir les conseils et les apports sur le thème et les sous thèmes qui seront abordés au cours du dialogue proprement dit.

Des rencontres déjà initié par le mouvement

En rappel, le coordonnateur du mouvement a laissé entendre que le dialogue pour la paix au Burkina va se mener sous le thème : « je suis Burkina, je contribue pour la construction de ma nation ». Les sous-thèmes, eux, tourneront autour de « la paix durable, la sécurité nationale, la cohésion sociale, la réconciliation, la solidarité et le civisme ». Le coordonnateur a même fait comprendre que c’est en réalité « le processus de dialogue national qui a déjà commencé avec ce pré-dialogue » avant d’assurer que dès le samedi 16 novembre 2019, les membres du mouvement vont aller à la rencontre des différentes sensibilités religieuses, coutumières administratives, et politiques dans les 13 régions du Burkina. Pour cette première rencontre, « le mouvement compte se déporter à Koudougou », a indiqué le coordonnateur.

Le mouvement compte se tourner vers le président du Faso pour un dialogue national

Ainsi, à l’issue de ces rencontres d’échanges dans les treize régions, le mouvement entend faire un plaidoyer auprès du chef de l’Etat afin qu’il organise un dialogue national pour « un retour définitif de la paix au Burkina », foi de Abdoul Aziz Bougma.

Hamadou Ouédraogo
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom