Procès Sankara : « J’ai un pincement au cœur de ne pas être en robe » (Bénéwendé Sankara)

0

L’un des avocats de la famille Sankra, Me Bénéwendé Stanislas Sankra, aujourd’hui Ministre en charge de l’Habitat, ne portera pas de toge pour défendre ses clients. Une incompatibilité lui impose cette « mise à l’écart » mais il reste solidaire de ses confrères de la partie civile. Présent à l’ouverture du procès ce lundi matin, Bénéwendé Stanislas Sankara reste « confiant » que de ce procès, jaillira la vérité. www.minute.bf vous propose les propos de l’homme de droit recueillis à la suspension du procès.

« Vous avez suivi. En l’entame (du procès) ils ont appelé tous les accusés, il y a deux qui sont absents. Le tribunal a pris acte et a dit qu’un défaut sera rendu à leur encontre mais les douze sont physiquement présents. Les témoins sont présents et je pense qu’à partir du 11 Octobre et jours suivant, les partis civiles et leurs avocats, les avocats de la défense, le principe du contradictoire, la présomption d’innocence et tous les principes seront de mises devant le tribunal pour que la manifestation de la vérité puisse se faire.

Pour les accusés absents, c’est le défaut, c’est-à-dire une procédure par contumace puisqu’ils ont choisi de ne pas se présenter et le procureur a expliqué que la gendarmerie n’a pas pu les retrouver même si souvent certains s’expriment par voie de presse.

J’ai un pincement au cœur de ne pas être en robe parmi mes confrères aujourd’hui mais je suis plutôt fier de voir mes jeunes confrères hériter de ce dossier. Moi-même étant au gouvernement il y a une incompatibilité, je ne peux pas porter la robe mais mon cerveau reste celui de l’avocat et je participe d’une manière ou d’une autre aux réunions des avocats ; et je leur souhaite vraiment bonne chance. Nous avons plus que de jeunes loups qui sont engagés dans cette bataille et vous l’avez déjà constaté.

Mon cabinet est suppléé par des jeunes avocats très talentueux et je pense que vous serez royalement servis ».

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom