Taxes communales : Des commerçants réitèrent leur accompagnement à la mairie de Ouagadougou

0

En réponse « aux récentes sorties médiatiques d’un groupuscule d’individus incitant les contribuables au non-paiement des taxes municipales », les Coordinateurs et les Délégués des marchés et yaars de la commune de Ouagadougou ont tenu une conférence de presse ce mardi 8 juin 2021 au marché de la Cité AN 2 pour clarifier leur « position ». En clair, la coordination prend acte des reformes de collecte de la « taxe d’occupation du domaine public » et des « droits de place dans les marchés et yaars ».

Convaincus que « les recettes de la taxe d’occupation du domaine public serviront à financer des projets ambitieux en matière d’investissement dans les voiries, l’assainissement et autres aménagements » et que « celles des droits de place dans les marchés doivent servir à assainir les marchés non aménagés, en y prévoyant des systèmes de traitement des ordures, les toilettes publiques et des systèmes d’assainissement des alentours des marchés », les coordonnateurs et les délégués des marchés et yaars de la commune de Ouagadougou se disent prêts à accompagner le maire dans son projet de reformer la collecte. Mais en quoi consiste ces réformes ?

Le Système de Collecte des Taxes (SYCOTAX), la solution informatique de collecte des taxes lancée le 1er octobre 2020 est l’innovation pointée du doigt par certains commerçants qui incitent au « non-paiement des taxes communales », selon les conférenciers.

Pourtant, le 3 novembre 2020, la commune de Ouagadougou et le Conseil national de l’Economie informelle du Burkina Faso (CNEI-BF) signaient une convention de partenariat. Cela a permis le recrutement de collecteurs qui ont été mis à la disposition de la mairie de Ouagadougou pour déploiement sur le terrain aux fins de collecter « la taxe d’occupation du domaine public » et « les droits de place dans les marchés et yaars ».

Concrètement, Mazou Kabré, le porte-parole de la coordinnation a laissé entendre que dans la mise en œuvre, en ce qui concerne « la taxe d’occupation du domaine public », 110 prestataires collecteurs ont été prévus, soit 2 représentants pour les 55 secteurs de Ouagadougou tandis qu’il a été retenu 2 collecteurs par marché non-aménagé pour le cas des « droits de place dans les marchés et yaars ».

Yipelse Naaba Sanem et ses camarades coordonnateurs et délégués des marchés et yaars invitent les commerçants à payer les taxes communales

Cette manière de collecter les taxes avec l’implication des commerçants eux-mêmes est positivement appréciée par le Yipelse Naaba Sanem et ses camarades, qui ne comprennent pas les agissements de ceux qui prônent le « non-paiement des taxes communales ». « Nous avons entendu des gens dire qu’il ne faut pas payer les taxes. La mairie doit savoir que ce que ces personnes disent n’engage qu’elles. C’est leur droit parce que nous sommes en démocratie. Mais nous les commerçants des marchés et yaars, nous savons ce que c’est que les taxes et leur importance. Nous qui sommes dans les marchés et yaars ne pouvons pas ruser avec les taxes », a soutenu le Yilpelse Naaba Sanem, pour qui, ces taxes permettront d’aménager et d’assainir les marchés.

Ainsi, tout en réitérant son engagement à accompagner le maire de la commune de Ouagadougou, les Coordonnateurs et délégués des marchés et yaars ont invité les commerçants à s’acquitter de leurs taxes auprès des agents collecteurs du SYCOTAX.

Franck Michaël KOLA


Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom