Terrorisme: « Aucune violence ne peut être justifiée par la religion », Imam Halidou Ilboudo

0

Le Centre culturel islamique du Burkina (CCI-B) a organisé le jeudi 21 mars 2019, une prière à l’endroit des âmes qui ont été ôtées par la violence, surtout pour les victimes des attaques terroristes partout dans le monde entier. La récente tuerie qui a eu lieu dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle Zélande et qui a couté la vie à 50 personnes vendredi 15 mars dernier, qui du reste est la plus importante tuerie de masse de l’histoire de la nouvelle Zélande, a spécialement été mise en prière par le CCI-B pour implorer Dieu pour le repos des âmes des victimes et surtout pour le changement de comportement des hommes qui utilisent le nom de Dieu pour justifier leur violence.

Fidèles musulmans ont prié pour la paix dans le monde et en particulier au Burkina Faso

Prier à l’endroit des martyrs, de tous ceux qui sont tombés du fait de la violence au Burkina Faso et partout ailleurs dans le monde entier. Une prière pour le repos de leurs âmes. C’était l’objectif des musulmans réunis au sein du CCI-B le jeudi 21 mars 2019. Cette rencontre de prière a été l’occasion pour l’homme de Dieu, imam Halidou Ilboudo, Directeur du CCI-B, de dénoncer la violence d’où qu’elle vienne, quelles que soient les raisons qui ont été à son origine, parce que, dit-il : « la vie humaine est sacrée. Selon les écritures, seul Dieu crée la vie et seul Lui peut décider d’ôter cette vie. Il ne nous appartient pas d’ôter la vie à autrui ».

Imam Halidou Ilboudo dans son sermon indiquera qu’il y a sérieusement « problème » qu’un homme qui n’a pas le pouvoir de créer la vie décide de l’ôter. « Il y a déficience, il y a conflit et à ce moment il est du devoir des hommes religieux d’agir », a-t-il martelé. Cette prière a donc été l’occasion pour ce fidèle musulman dans son prêche, d’attirer l’attention de certaines personnes sur les alibis qu’elles veulent tirer des livres religieux pour justifier la violence, appelant ainsi tout le monde à plutôt agir par la communication pour que les choses puissent changer.

Ainsi, chacun doit se sentir interpeller par ce qui se passe à travers le monde. « Ce n’est pas parce que la violence n’a pas touché quelqu’un de ma famille, ou quelqu’un qui est fidèle de ma mosquée, de ma communauté, ou de ma nation que cette violence ne doit pas m’interpeller. Il faut que nous soyons tous interpellés à chaque fois qu’une vie humaine est ôtée quelque part parce que c’est une partie de nous qui est partie », conscientise M. Ilboudo qui a aussi dénoncé « l’amalgame » qui se fait entre l’islam et terrorisme. En effet, certaines personnes tentent de créer lien entre l’islam et le terrorisme surtout quand certains terroristes veulent tirer argument du livre de Dieu, des paroles divines ou de la religion musulmane pour justifier leur violence.

« Ce sont des alibis, des faux fuyants et les raisons de la violence ici ou ailleurs peuvent s’expliquer peut-être par la politique et par d’autres conflits sociaux ou économiques, et non par la religion parce qu’aucune religion n’appelle à la violence. La religion c’est l’éducation au bon comportement, au vivre ensemble avec les autres », a précisé l’imam, ajoutant que notre prière, le jeûne que nous observons, la lecture du coran, nos prières de nuit, nos pèlerinages, etc. doivent nous conduire à Dieu mais en passant par notre prochain qui est l’homme à côté de nous. « Quand j’arrive à ôter la vie de mon prochain, cela voudra dire que je n’ai rien compris dans la religion », a affirmé le directeur du CCI-B, insistant sur le fait que : « c’est Allah qui donne la vie, c’est lui seul qui est habilité à reprendre cette vie qu’il a donnée ».

Celui qui prend une arme pour dire qu’il propagera la bonne nouvelle n’a en réalité rien compris de la bonne nouvelle, foi de l’imam Ilboudo qui conclura que « la religion ne recommande pas de faire le mal ».

Par Armand Kinda

Pour minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom