UAS/CFOP: La question de l’IUTS au cœur des échanges entre Bassolma et Zeph

0
L'UAS était au CFOP pour une rencontre de concertation et de partage

L’Unité d’action syndicale (UAS) avec à sa tête Bassolma Bazié a effectué une visite au chef de file de l’opposition politique le 27 décembre 2019. Une visite qui entre dans le cadre d’une rencontre de concertation et de partage, ont fait savoir les visiteurs de ce jour. 

« Nous posons tous des actes pour la construction  de ce pays donc il faut un minimum de concertation », a indiqué d’entame Bassolma Bazié, porte-voix de l’UAS. Il était question pour les responsables syndicales de, non seulement informer l’opposition de leur actions, de leur luttes, de présenter les problèmes réels des travailleurs mais aussi d’aller dans une logique de collaboration avec cette opposition dont la voix compte aussi à l’Assemblée nationale .

Les différents points abordés par l’UAS

Le président du mois de l’UAS pense qu’« il y a un flou sur la question de l’assurance maladie »

Bassolma Bazié est revenu sur le code du travail, l’IUTS, la retraite des fonctionnaires et l’assurance maladie universelle au Burkina. 

Sur la question du Code du travail, il est revenu sur les licenciements abusifs, l’exploitation sexuelle des jeunes filles pour des postes, sur la question de placements qui pour lui « est un système esclavagiste qui exploite les travailleurs ». C’est entre autres des points sur le code du travail que M. Bazié a vivement critiqué.

En ce qui concerne l’assurance maladie universelle, le président du Mois de l’UAS, secrétaire général de confédération générale des travailleurs du Burkina (CGT-B) s’est voulu encore plus clair. « On ne peut pas faire une ponction de 6 à 7% sur le salaire des fonctionnaires sans nous dire à quoi il faut s’en tenir. Quel type de maladie l’assurance couvre, quelles sont les personnes chargées de sa mise en œuvre, etc. ». Il estime qu’« il y a un flou sur la question de l’assurance maladie ». 

L’UAS dénonce une supercherie des dirigeants sur l’IUTS

Autres points abordés à cette rencontre, c’est la question de l’Impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS). L’UAS par la voix de M. Bazié, rappelle que les syndicats ne sont pas contre le paiement de l’impôt. Mais, « c’est cette supercherie de la part des dirigeants qui consiste à donner de la main droite et récupérer plus de la main gauche », dénonce le président du mois de l’UAS.

Il y a aussi cette inégalité dans le prélèvement de l’IUTS que l’UAS a dénoncé et dit ne pas comprendre que le prélèvement de l’IUTS applicable aux avantages et indemnités soit prévu pour les travailleurs et pas au législateur ou à l’exécutif dans le cadre de leurs avantages. 

L’UAS est aussi revenue sur le code pénal adopté à l’Assemblée nationale. Pour les syndicats, le pan consacré à la liberté de la presse constitue une entrave à la liberté de la presse et « il convient de faire attention », ont-ils prévenu. Selon M. Bazié, « quand on veut museler la presse, il y a des dérives qui se préparent ». 

D’une manière générale, cette visite de l’UAS au CFOP entre dans une logique de collaboration et de concertation entre l’opposition et l’UAS. Le chef de file de l’opposition politique Zéphirin Diabré, tout en saluant l’Initiative de l’UAS, a recommandé à ce que ce type de rencontre soit inscrit dans un cadre périodique pour les intérêts du peuple et des travailleurs en particulier.  

Lire aussi: Application de l’IUTS: Des syndicats divisés sur la question

Hamadou Ouédraogo

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom