Université Aube nouvelle : Les étudiants coachés sur l’entrepreneuriat et la politique

0

Les étudiants de l’Université Aube nouvelle (AUBEN) ont eu droit à des cours de politique, d’entrepreneuriat et de logistique ce samedi 20 février 2021. C’était à l’occasion de la journée spéciale logistique organisée par l’université à son siège à Ouagadougou.

De la logistique à la politique en passant par l’entrepreneuriat, les étudiants de l’AUBEN ont été servis par les différents conférenciers du jour. 

« Logistique et responsabilité sociétale des entreprises », c’est le thème retenu par l’AUBEN pour sa journée spéciale logistique. Sandrine Souobou, ancienne étudiante de l’université et logisticienne, a été invitée à communiquer sur la place de la femme dans le monde de la logistique. Et à ce titre, confie-t-elle, « la femme a été la première logisticienne dans le monde ». Elle en veut pour preuve « le sens de l’ordre et du détail » de la femme, des qualités importantes dans le domaine selon elle. Aussi, pour Mme Souobou, « l’achat, c’est de l’art » et en la matière, « la femme est une bonne négociatrice » qui a sa place dans la logistique. Outre cela, l’ancienne étudiante de l’AUBEN a souligné que « la patience et la stratégie » sont féminines tandis que l’homme fait beaucoup plus dans « l’opérationnel » pour attester de ce que la femme a un rôle à jouer dans la sphère de la logistique.

Pour la conférencière, malgré les difficultés liées à la gestion du personnel notamment des hommes, à cause des pesanteurs socioculturelles, la femme doit savoir « mettre la main dans la pâte » et « se rapprocher de son personnel » pour réussir dans le domaine. Aussi, leur a-t-elle conseillé la courtoisie et le professionnalisme comme comportement à adopter pour ne pas verser dans la provocation encore moins, faire ou céder aux avances des fournisseurs, car convaincue qu’elles seront considérées telles qu’elles se seront présentées. Au cours de la conférence, il a également été question d’entrepreneuriat.

Pour une jeunesse entreprenante et politique

Sur ce point, le chef d’entreprise Inoussa Sorgho a invité les jeunes à s’essayer, mais non pas sans préalablement « apprendre à se connaitre ». Pour l’entrepreneur, il est bon de savoir ce que l’on veut, de se fixer des objectifs et d’avoir une vision quand on veut entreprendre. 

Aussi, partant sur ce qui existe déjà, M. Sorgho pense que la jeunesse actuelle doit faire preuve de créativité pour faire la différence et s’imposer dans l’entrepreneuriat. Tout cela doit être couronné par la détermination et la persévérance face aux obstacles qui ne manqueront pas, a-t-il prévenu. Et puisque c’est la politique qui régule tout, les étudiants ont reçu une communication sur le sous-thème : « Jeunesse et engagement politique ».

Sur ce sujet, Aziz Dabo, vice-président et porte-parole de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA), a été invité à partager son expérience. Pour planter le décor, M. Dabo est parti du constat que : « nous avons un pays qui est majoritairement jeune (77,9% de la population a moins de 35 ans et 45% a moins de 15 ans source: INSD 2020) mais qui, malheureusement, au niveau des instances décisionnelles n’a presque pas de jeunes ». Pour preuve, se référant aux standards internationaux sur la jeunesse, le porte-parole de la NAFA a indiqué que le gouvernement actuel ne compte aucun jeune, les seuls moins âgés ayant 42 ans ( le ministre de l’énergie, des mines et des carrières Bachir Ismaël OUEDRAOGO) et 43 ans (le ministre du commerce Harouna KABORE), au-delà donc de 30 ans. Prenant le cas de l’hémicycle aussi, M. Dabo a relevé une faible présence de la jeunesse (14 élus ayant entre 30 et 40 ans).

Face à cela, le conférencier pense que les jeunes devront faire bloc pour se battre afin d’être pris en compte dans les instances décisionnelles.

Par ailleurs, Aziz Dabo dit comprendre que les pesanteurs socioculturelles, le manque de moyens financiers, freinent l’engagement politique des jeunes. Toutefois, il leur pose la question suivante : « est-ce possible qu’on fasse votre bonheur à votre place ? ». Et répondant par la négation, le jeune politique a invité les étudiants et partant, la jeunesse à s’intéresser davantage à la politique car, pour lui, « l’opportunité de pouvoir changer les choses, pour l’instant, passe par la politique ».

M. Dabo a terminé son propos en conseillant ceux qui veulent s’aventurer sur le chemin politique, à faire prévaloir leurs compétences, à grandir dans l’humilité, à accepter de se former auprès des aînés, à respecter leurs adversaires pour ne pas verser dans la haine.

Présent à la conférence, l’ancien ministre Abdoul Karim Sango a invité les étudiants à plus d’abnégation dans leurs études afin de mieux pouvoir assurer la relève. Et comme pour dire que les différents messages étaient passés, les étudiants de leur côté n’ont pas manqué de réagir par des applaudissements sur ces différentes interventions (logistique, entrepreneuriat, politique).

Franck Michaël KOLA

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom