Victimes de l’insécurité: Le ministre de l’Agriculture offre 20 tonnes de maïs au déplacés du Nord

0

Le ministre de l’Agriculture et de l’Aménagement hydro-agricole, Salifou Ouédraogo, accompagné des autorités régionale et communale du Nord, ont procédé dans la journée du mardi 08 aout 2019 à une cérémonie de remise de vivres et de semences aux déplacés résidant dans la région du nord. C’était dans la cour de la Direction régionale de l’aménagement hydro-agricole du nord et Sous l’œil observateur de Justin S. Somé, Gouverneur de ladite région, que plus de 20 tonnes de maïs ont été offertes.

Le ministère de l’agriculture et de l’aménagement hydro-agricole, à travers sa direction régionale du nord, a initié une journée de donation de vivres et de semences aux réfugiés résidant dans la région du nord. Les autorités communale et régionale, l’ensemble des corps constitués de la région, avec à leur tête le ministre de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo, étaient présents pour la circonstance. Dans plusieurs régions du pays, la situation d’insécurité a suscité le déplacement des populations dont celles de la région du nord. Il faut dire que c’est plus de huit mille (8 000) déplacés que la direction de l’action sociale a pu enregistrer dans le nord. Pour le Gouverneur « il est difficile de donner exactement des chiffres des refugiés à l’heure actuelle car chaque jour on continue d’accueillir d’autres personnes».
Vingt tonnes de maïs pour consommation et quelques sacs de niébé en guise de semences. C’est en substance la dotation faite à l’association des réfugiés résidant au nord, précisément dans la ville de Ouahigouya. À entendre le Ministre, les semences de niébé offertes serviront aux déplacer de cultiver, et pour consommer, et pour vendre afin de subvenir à leurs besoins. Pour les 20 tonnes de maïs, c’est juste un accompagnement pour leur permettre de s’alimenter en attendant le retour de la paix dans leurs localités respectives. «Le ministère de l’agriculture, en collaboration avec les Chambres Régionales d’Agriculture a pris des mesures pour permettre l’aménagement des champs de labour. Avec une production à cycle court, nous avons jugé nécessaire de porter notre choix sur la semence niébé. Des tracteurs sont déjà prêts pour l’aménagement de ces champs. Il faut également ajouter que les vingt tonnes de maïs ont été produites au pays. C’est du maïs burkinabé.»
Après les mots de remerciement de Omar Sangaré, président de l’association des réfugiés, la délégation est passée à la remise symbolique des vivres.

S. Rimédo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom