Lutte anti-terroriste : L’artillerie de Me Gilbert Noël Ouédraogo

0
Me Gilbert Noël Ouédraogo, président de l'ADF-RDA. (Image d'illustration internet)


Le président du parti de l’Eléphant, dans une déclaration suite à l’attaque terroriste du détachement militaire de Koutougou qui a fait 24 morts et 7 blessés dans les rangs le lundi 19 août 2019, a, pour manifester son soutien aux forces de défense et de sécurité (FDS), fait de grandes propositions appelant même le président du Faso à « réaffecter immédiatement les 500 millions de FCFA accordés aux partis politiques, au titre de la subvention de l’État, à la prise en charge des militaires et policiers blessés et de leurs familles ».

Le président de l’Alliance pour la Démocratie et la Fédération-Rassemblement Démocratique Africain (ADF-RDA) a présenté ses condoléances aux familles éplorées et a formulé ses vœux de prompt rétablissement aux blessés de cette attaque macabre, la plus lourde qu’aurait enregistré l’armée burkinabè depuis le début de la crise sécuritaire que vit le pays.

Me Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF-RDA a réitéré son appel au pouvoir actuel sur la nécessité de prendre les mesures nécessaires pour engager toute la patrie dans la lutte contre le terrorisme. « Il ne s’agit pas de se contenter de discours guerriers ou de vœux pieux, mais de passer aux actes en prenant des décisions courageuses face au péril grandissant qui menace la nation », a-t-il soutenu, avant d’alerter : « L’abîme se rapproche, l’enlisement est déjà perceptible notamment avec ces centaines de milliers de déplacés internes dans notre pays pour qui nous avons une pensée particulière ». Il appelle le président du Faso à prendre la bonne mesure de l’urgence à agir, pour contrer le terrorisme. Il lui revient, propose-t-il, de « donner le bon signal en oubliant les querelles politiciennes inutiles pour réaliser l’union sacrée qu’impose la situation actuelle ».

Ainsi, l’ADF-RDA, pour « manifester concrètement » sa solidarité vis-à-vis des FDS, a invité le président du Faso à « réaffecter immédiatement les cinq cents millions de francs CFA accordés aux partis politiques, au titre de la subvention de l’État, à la prise en charge des militaires et policiers blessés et de leurs familles ». Le parti suggère également, dans le but de renforcer le moral des FDS, qu’il soit accordé à ceux qui sont au front une indemnité spéciale terrorisme d’un montant substantiel et à tous ceux qui sont tombés, une bonification, à titre posthume, de deux grades. Les différents droits et indemnités à verser à leurs familles seraient calculés sur la base du nouveau grade. L’ADF-RDA recommande par ailleurs une prise en charge totale des conjoint(e)s et enfants des victimes. « Ces enfants doivent être faits pupilles de la nation et par conséquent être nourris, logés, soignés, protégés et éduqués dans de bonnes conditions par l’État », a insisté Me Gilbert Ouédraogo qui propose aussi que « les citoyens, sur la base du volontariat, puissent avoir la possibilité de se constituer comme réservistes de notre armée et être formés en conséquence pour participer à cette lutte ».

« Nous ne devons plus hésiter ni tergiverser, il nous faut agir rapidement et vigoureusement pour éviter que notre pays ne sombre davantage dans la violence. L’ADF-RDA veut y apporter sa contribution en toute responsabilité », a-t-il conclu.

AK

Minute.bf