Biosécurité : Le Burkina Faso s’est doté d’un laboratoire

0
Le laboratoire national de biosécurité a été inauguré

Le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, Alkassoum Maïga, en compagnie du ministre en charge de l’habitat et de l’urbanisme Maurice Dieudonné Bonanet et du ministre en charge de l’argiculture, Salifou Ouédraogo, a procédé à l’inauguration de la salle qui va désormais abriter au Burkina Faso, le laboratoire national de Biosécurité, le lundi 02 septembre 2019.

C’est la Directrice Générale(DG) de l’Agence nationale de Biosécurité(ANB), Chantal Zougrana/ Kaboré qui a d’abord pris la parole pour exprimer sa joie et aussi adresser ses remerciements au ministre AlkassoumMaïga qui a apporté son « soutien inconditionnel » pour la réalisation du laboratoire.

Une remise symbolique de matériels pour le laboratoire

Elle s’est ensuite attelée à expliquer l’importance de ce joyau pour le Burkina Faso. « C’est un laboratoire au départ qui est conçu pour contrôler les Organismes génétiquement modifiés(OGM) mais il a été équipé de telle sorte qu’il puisse aussi servir tous les autres départements ministériels qui le voudraient », a-t-elle laissé entendre. Concrètement, selon Mme Zoungrana, ce laboratoire dispose de capacités pour la détection, l’identification et la qualification des OGM et des virus. Ce laboratoire est également doté d’une chaine complète pour les analyses d’acides nucléiques (ADN et ARN) et sur le plan alimentaire, les équipements permettent la détermination des résidus des pesticides contenus dans les aliments. Une des spécificités du laboratoire lié à l’Agence nationale de Biosécurité, selon la DG, est qu’« il traite des aspects de bio-informatique ».

Le ministre Maïga a, au cours de son intervention, expliqué que la biotechnologie est une technologie nouvelle qui peut permettre de répondre aux défis liés aux changements climatiques, aux défis démographiques, à la dégradation des terres. Il a de ce fait exhorté les laborantins d’en faire bon usage et surtout de s’investir pour le rayonnement du laboratoire qui à son sens, « va contribuer à accélérer le développement social et économique du Burkina Faso ». Les domaines comme l’agriculture, la santé, l’habitat et l’environnement bénéficieront des résultats des travaux du laboratoire, a-t-il ajouté.

Une photo de famille a mis fin à la cérémonie d’inauguration du laboratoire national de biosécurité

Ensuite, dans un Burkina où la question « des moustiques OGM » a fait grand bruit, il n’a pas manqué d’attirer l’attention des laborantins sur les risques éventuels en affirmant que « l’adoption de la biotechnologie doit se faire de façon sécurisée ».

Le ministre a signalé également que ce laboratoire se veut une référence régionale car même si la construction du bâtiment a été financée par l’Etat au coup global de 565 817 869, ses équipements ont été pris en charge par l’Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA) d’un montant de 825 094 693.

Enfin, le ministre a procédé à une remise symbolique de matériels avant de suivre une visite guidée par les responsables du laboratoire. 

Franck Michaël KOLA (Stagiaire)

Minute.bf