Retraite des fonctionnaires : La CARFO, 30 ans après, prévoit du nouveau

0
Laure Zongo/Hien, directrice générale de la CARFO

La caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO) du Burkina a 30 ans. La cérémonie officielle d’ouverture des festivités s’est déroulée le 9 septembre 2019 en présence du premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Marie Dabiré. Il était question, au cours de cette cérémonie co-parrainnée par Siaka Kaboré, épouse du chef de l’Etat, et Simon Compaoré, ancien ministre d’Etat, de faire une introspection afin de mieux préparer l’avenir.

Les officiels à la cérémonie d’ouverture de la commémoration des 30 ans de la CARFO

« 1989-2019, ce sont 30 ans chargés d’histoire, de difficultés vécues, mais aussi de succès engrangés », a dit d’entame Laure Zongo/Hien, directrice de la CARFO. Elle a fait savoir qu’à la création de l’institution en 1986, il était question d’assurer la gestion de retraite des fonctionnaires, militaires et magistrats. Aussi, celle qui trône aujourd’hui à la tête de l’institution a fait savoir qu’en 2009, la CARFO a vu ses activités s’étendre au régime des risques professionnels avec l’adoption de la loi n°022-2006/AN du 16 novembre 2006. Globalement, il est à retenir, durant ces 30 ans, que la CARFO est passée « d’une gestion quasi manuelle à une gestion automatisée des prestations suite a une augmentation considérable du parc informatique (un travailleur, un ordinateur) », a indiqué la première responsable de l’institution qui a rappelé que cela a permis de réduire drastiquement les délais de traitement des dossiers de prestation.

Performance de la CARFO

Ainsi, selon l’ex ministre de la femme, de la protection sociale et de la solidarité nationale, « les dossiers de pensions sont traités en un jour et ceux des pensions de réversion en trois jours »« Une performance qui fait de la CARFO une référence dans la sous région », a-t-elle dit avant de marteler, qu’en plus de ces performances, « depuis 2008, la CARFO s’est engagée avec l’appui de ses partenaires, à offrir des bourses aux orphelins des pensionnés décédés ».

Soutiens  à la CARFO

En outre, au nom des co-parrains, Simon Compaoré ayant pris la parole, a salué les efforts de la CARFO au profit des retraités mais aussi au profit de la veuve et de l’orphelin. Il a surtout salué la diligence avec laquelle les dossiers de retraites son traités, la bancarisation et la mensualisation de la pension de retraite. Aussi, Séni Ouédraogo, ministre de la fonction publique et de la protection sociale, au nom du premier ministre Christophe Dabiré, a marqué sa satisfaction au regard de l’évolution de l’institution et a assuré la disponibilité sans faille du gouvernement à accompagner la CAERFO.

Un anniversaire pour repenser l’avenir

A cette cérémonie, la directrice a indiqué que cet anniversaire doit aussi permettre à cette « maison des retraités » de jeter un regard critique sur son vécu afin de prendre les bonnes résolutions pour son devenir. Pour les dix prochaines années, selon un plan stratégique 2019-2028 dont  l’institution s’est dotée, « il sera question de consolider les acquis  et de faire de la CARFO une institution prévoyante, moderne, viable et accessible aux assurés », a conclu l’ex ministre de la femme, Laure Zongo/Hien.

Adam’s Ouédraogo

Minute.bf