Affaire La Poste du Burkina: « Avec la confiscation de l’insurrection populaire inachevée d’octobre 2014, tout est pire qu’avant »(Ablassé Ouedraogo)

0
370 vues

Le Dr Ablassé OUEDRAOGO, président du parti Le Faso Autrement a réagi sur les événements qui se sont passés à La poste du Burkina où le Directeur général de la structure a été expulsé par le syndicat. Ablassé Ouedraogo pense qu’après l’insurrection populaire « inachevée », surtout ce qui s’est passée mercredi dernier à la poste, montre à souhait que « l’autorité de l’État s’est effondrée, laissant la place à l’incivisme, au désordre et à l’anarchie ». Dans les lignes qui suivent, vous trouverez in extenso sa réaction.

« C’est un secret de polichinelle que de répéter que le Burkina Faso va mal, très mal ! Notre pays a réellement mal à sa gouvernance, mal à sa justice, mal à sa sécurité, mal à son vivre ensemble, mal à son développement économique, mal à sa stabilité, mal à sa paix sociale et ça n’en finit plus !

C’est à croire qu’avec la confiscation de l’insurrection populaire inachevée d’octobre 2014, tout est pire qu’avant. L’autorité de l’Etat s’est effondrée, laissant la place à l’incivisme, au désordre et à l’anarchie.

Après l’Office National d’Identification (ONI), la Garde de Sécurité Pénitentiaire (GSP) et La Poste du Burkina Faso, ce mercredi 08 mai 2019, où le personnel a chassé manu militari le Directeur Général, suivront probablement d’autres Sociétés d’Etat au nombre desquelles La Loterie Nationale Burkinabè (LONAB), en quête de meilleure gouvernance et de performances. Allons seulement et le sommet n’est pas loin.

Ce mouvement de «dégagisme» met à nu l’incompétence des gouvernants à mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut au moment où il faut. La bonne gestion des ressources humaines a laissé place à la promotion des amis, parents et alliés. Ce qui est sans conteste un handicap lourd pour le développement du pays.

Il est plus que temps que les Burkinabè s’asseyent ensemble pour se parler et se réconcilier de façon sincère, inclusive et ouverte afin de trouver des solutions idoines aux multiples maux qui minent le Burkina Faso.

En ce mois béni de Ramadan, mois de pardon, de tolérance et de partage, qu’Allah, le Tout Puissant, accompagne les Burkinabè dans l’apaisement des cœurs pour une réconciliation réussie.

                                                        Ouagadougou, le 9 mai 2019

                                                        Le Président
                                                                 Dr. Ablassé OUEDRAOGO
                                                                 Commandeur de l’Ordre National"  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom