Attaques à Ouaga : Ce que nous savons !

0

Ils se sont repartis en groupe de quatre sur chaque site.  Le bilan ce soir fait état de huit éléments des forces de l’ordre tués et huit assaillants tués. Par ailleurs, on déplore également « 80 blessés dont 12 graves »,

Le TGI de Ouagadougou  annonce l’ouverture d’une enquête. « Les fouilles aux fins de déminage de certains des lieux touchés viennent de s’achever. Il se poursuit actuellement le décompte et l’identification des victimes  », explique le Parquet dans un communiqué. Un appel à témoins a également été lancé « pour aider dans la recherche et l’identification des complices, des hôtes et de tous facilitateurs éventuels des faits ». Au regard de l’heure des attaques (10h)  et du dispositif logistique, il est clair « qu’ils ont dormis à Ouaga et qu’ils auraient eu de l’aide à l’interne surtout au niveau de la logistique », affirme une source militaire.

Le Ministre de la Sécurité dément les chiffres annoncés par les médias internationaux dont France 2 qui faisait état de 28 morts.

A l’état-major des armées,  « les assaillants ont fait usage d’un véhicule bourré d’explosifs, ce qui a causé de graves destructions et de sérieux dégâts sur les personnes », a déclaré Clément Sawadogo. Selon nos sources, ils sont venus en tenue « Bassawarga » portée actuellement par les soldats à partir de la « petite porte » vers  la banque. Le temps que les sentinelles comprennent  qu’il ne s’agit pas des éléments de notre armée, ils ont été neutralisés. Ils ont donc fait explosé un véhicule bourré d’explosif au sein de l’état major avant de commencer le « carnage ». Toujours selon nos sources, ils ont incendiés les véhicules et les motos à l’aide d’essence. Etant donné que les éléments à l’intérieur ne disposaient « pas d’armes de combat, il n’y pas eu de riposte. Une autre source nous rapporte que les assaillants parlaient la langue locale « mooré » et qu’il pourrait s’agir d’éléments radiés qui sont venus en renfort aux assaillants

Deux assaillants ont été arrêtés selon les autorités.

L’opération a été déclarée « terminée » à 16 h 30. Des communiqués de la gendarmerie et de la police appellent les populations à la collaboration et à respecter les zones sécurisées par les FDS.

Pour l’instant l’attaque n’a pas été revendiquée.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom