Burkina: Des jeunes réfléchissent sur leur contribution au développement économique du pays

0

Le comité de la jeunesse du secteur informel du Burkina Faso a tenu la première journée nationale des jeunes hommes d’affaires ce jeudi 10 juin 2021. Cette journée qui a réuni à Ouagadougou des centaines de jeunes évoluant dans le secteur informel, avait pour but de permettre à tous les jeunes entrepreneurs,  hommes d’affaires, de réfléchir sur les préoccupations des jeunes qui évoluent dans l’informel et qui aspirent à transiter dans le formel.

C’est autour du theme: « Quelle contribution des jeunes hommes d’affaires pour le développement économique du Burkina? » que s’est tenue la toute première journée nationale des jeunes hommes  d’affaires. Ce sont des centaines de jeunes venus des différentes régions du pays qui ont pris part à cette journée. Moumouni Dialla, président du Conseil National de la Jeunesse du Burkina Faso (CNJ-BF), a saisi l’occasion, à la clôture des activités avec la présence des officiels (patron, président et parrain de la cérémonie) pour plaider auprès des autorités afin que les jeunes et les femmes puissent avoir accès aux financements pour développer leurs entreprises.

Le patron de la cérémonie, Harouna Kaboré, a encouragé les jeunes à entreprendre dans l’unité mais surtout leur implication dans les réformes qui développeront le secteur économique du pays

Il a donc souhaité que les deux principales recommandations faites au cours des travaux, soient mises en œuvre.  Il s’agit principalement de la question de l’accès des jeunes et des femmes aux financements pour leurs entreprises mais aussi, de l’ouverture de ces jeunes entrepreneurs aux autres hommes d’affaires du monde entier, à travers des mises en contact, pour faciliter les échanges commerciaux. A travers « l’intérêt accordé » à cette première journée,  il dit être convaincu que « toutes les autorités du Burkina sont debout pour le bien-être des jeunes et des femmes ». Mais, « cela ne saurait se faire sans l’union des jeunes », dit-il, appelant ainsi la jeunesse à s’unir pour plaider pour sa cause.

Salifou Ouédraogo,  représentant le ministre de la jeunesse, président de la cérémonie pense que les jeunes doivent trouver tous les moyens possibles pour faire progresser leur business. « Quel que soit ce que tu fais, il faut le faire bien », a-t-il conseillé. Le ministre en charge de l’agriculture a ainsi assuré que le gouvernement soutiendra les projets des jeunes. Mais, pense-t-il qu’il faut que les gens « changent de paradigme ». « Je trouve que ce n’est pas trop nécessaire d’aller travailler dans un bureau où dans la fonction publique. Cherchez à être des entrepreneurs. Il faut que chacun puisse cibler l’entreprenariat », a-t-il exhorté les centaines de jeunes qui ont pris d’assaut la salle de conférence du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC). Il les a également invités à s’investir dans l’agriculture où, confie-t-il, « il y a des financement et de grosses opportunités » pour certains de leurs projets. « Que tu sois commerçant,  transformateur… tu peux venir dans l’agriculture.  Il faut avoir l’esprit d’entreprise », dit-il.

Une vue des participants à cette première journée nationale des jeunes hommes d’affaires

Le patron de la cérémonie, Harouna Kaboré,  ministre en charge du commerce, a pour sa part, invité la jeunes hommes d’affaires  à être des acteurs dans la mise en œuvre des réformes enclenchées par son département dans le but de révolutionner le domaine de l’industrie et du commerce. « Quand on réclame des réformes, l’ensemble des acteurs qui réclament ces réformes doivent aussi être des acteurs de la mise en œuvre de ces réformes sur le terrain », a-t-il indiqué. « On ne peut pas accepter dans notre pays que ceux qui font du commerce du gros font du détails aussi. Ils vont tuer les petits », a regretté le ministre, qui a également souligné que les grossistes et les détaillants « ne jouent pas franc jeu » quand il s’agit de la mise en œuvre des réformes. Le patron de la cérémonie a donc invité l’ensemble des jeunes hommes d’affaires à être des acteurs de développement.

Prenant la parole à son tour, Hamidou Ouédraogo dit Hamid’ carreaux, président de la délégation consulaire du Centre, co-parrain de la cérémonie, a encouragé les jeunes à entreprendre, surtout dans l’unité.  Il les a invités au civisme, et à la discipline dans tous les actes qu’ils posent. Hamid’ carreaux a invité les jeunes à proposer des « projets fiables ». Il promet, avec la collaboration des autorités, l’accompagnement de la jeunesse et des femmes dans leurs projets.

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom