Burkina/Français blessé à la base aérienne: Témoignage choc de l’infortuné !

0

« Un ressortissant français a été blessé dans la nuit de samedi à dimanche après avoir franchi la zone interdite de la base aérienne de Ouagadougou, après des tirs de sommation ». C’est ce qu’avait été relayé sur les réseaux sociaux. Une situation qui laissait croire que celui-ci revenait d’un bar de la place et qu’il serait en état d’ébriété.

La victime en question, un réssortissant français la cinquantaine révolue, joint par www.minute.bf estime que ce qui est relayé sur les réseaux sociaux n’est pas conforme à la réalité et nous apporte sa version des faits, sous couvert d’anonymat pour des raisons professionnelles et personelles.

« J’étais bien lucide, je n’avais pas bu et je ne revenais pas d’un bar. J’étais plutôt allé aider un ami qui voulait effectuer un appel TV à faire des branchements », explique-t-il à www.minute.bf.

Des impacts de balles sur la pare-brise du véhicule

« Hier, un ami m’a appelé pour l’aider à faire un branchement d’appel TV comme je vous l’ai dit. Après avoir porté assistance à mon ami, j’ai démarré mon véhicule pour rejoindre mon quartier. Ne connaissant pas très bien la ville vu que je suis à Ouagadougou que depuis seulement 3 mois, j’ai donc consulté mon GPS pour connaître l’itinéraire à prendre afin de rejoindre mon domicile », commente-t-il, visiblement toujours sous le choc.

La victime nous montre le GPS sur son téléphone

« C’est alors que le GPS m’indique de tourner dans une rue à droite. J’arrive au bout de la rue à droite et j’aperçois une barrière. Je pris l’initiative alors de rebrousser chemin. Cependant, comme les rues de Ouagadougou sont matérialisées par des perpendiculaires et des parallèles, je me suis dis que je vais continuer tout droit et prendre le prochain tournant à droite et repartir encore à droite car je voulais rejoindre le grand boulevard qui va jusqu’à la Pâtte-d’oie. Je roulais à peine à 30 km/h. C’est là que j’entends un coup ‘boung’. Là, je m’interroge: de quoi s’agit-il?. Je ralentis et je roule pratiquement au pas. je regarde à droite et à gauche, il n’y avait rien. Je me suis dit au moins que si c’était des agents de sécurité j’allais au moins voir une torche ou un signal mais là, je n’ai vraiment rien vu. Je me suis dit alors qu’il n’y a que les braqueurs qui ne torchent pas ou qui ne se signalent pas dans ce genre de situation. Ainsi, j’ai continué et je me suis retrouvé de nouveau devant une barrière. Vu qu’on a tiré sur mon véhicule derrière, je n’ai plus voulu rebrousser chemin donc je suis monté sur le terre-plein de la voie pour éviter cette deuxième barrière. C’est alors que j’apperçois un homme en noir, arme en main et sans hésitation celui-ci ouvre le feu sur moi. Il envoie six coups de feu sur le véhicule. Je l’évite pour fuir sur un autre axe. Là, je bute de nouveaux sur une barrière. Je fais encore demi-tour pour répartir de là où je suis venu. Alors là, c’était pire, le véhicule a été vraiment cannardé. Mais tant bien que mal, je suis passé avec les pneus crevés. Je me suis arrêté dans un premier bar après la zone dangereuse parce que j’avais une douleur au ventre. Je me rend compte alors que ma chemise était pleine de sang. En face du bar j’ai apperçu des vigiles. Je me suis senti en sécurité et je me suis approché. Entre temps, un Monsieur vient me demander mes pièces d’identité. J’ai opposé de prime à bord un refus parce que je ne le connaissais pas, après il s’est avéré que c’était un colonel de l’Armée donc j’ai obtempéré », relate l’infortuné du jour avant de soupirer: « Je me suis fait soigner et je vais mieux actuellement. Mais je tiens à préciser que je n’étais pas en état d’ébriété, je ne savais pas seulement que mon GPS me conduisait dans une zone dangereuse ».

La victime dit vouloir, à travers cette explication, « lever les doutes et les zones d’ombre ». « Je n’ai forcé aucune barrière de sécurité », precise-t-il. Il affirme avoir été vu et entendu par des agents de gendarmerie et qu’il n’y avait quelconque problème.

Hamadou Ouédraogo
www.minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom