Covid-19 : Le Burkina reçoit ses premières doses de vaccin

0

Dans le cadre de l’initiative COVAX, le Burkina a gratuitement reçu ses premières doses de vaccin contre la pandémie à covid-19. C’est le ministre en charge de la santé himself, le Pr Charlemagne Ouedraogo, qui a réceptionné les vaccins, dans la nuit du dimanche 30 mai 2021 à l’aéroport international de Ouagadougou.

Au total, ce sont « 115 200 » doses de vaccin que le ministre en charge de la santé a reçus pour lutter contre la pandémie à covid-19 au Burkina Faso. A l’occasion, malgré le retard mis par le Burkina pour recevoir sa dose, le Pr Charlemagne Ouedraogo n’a pas caché sa satisfaction et dit être convaincu que cela contribuera à endiguer la maladie.

Sur l’opportunité du vaccin contre le covid-19 pour le Burkina alors que le nombre de cas est relativement faible, le ministre a fait savoir que la nécessité du vaccin répond à « des questions transversales ». Pour le ministre, « si nous devons regarder les maladies qui endeuillent nos populations, on ne classera même pas le covid-19 200e. C’est très loin derrière le paludisme » Cependant, poursuit le ministre, « si nous nous posons la question, quelle est la maladie qui a cloué économiquement le Burkina Faso et les ménages, le covid-19 est le premier. C’est pour cela que le covid-19 n’est pas un combat médical. Nous devons faire un combat avec une approche holistique en regardant les différents secteurs concernés. »

En outre, en ce qui concerne les effets secondaires du vaccin, « il n’y a pas de médicament sans effets secondaires », a soutenu le Pr Charlemagne Ouedraogo qui rassure tout de même qu’un dispositif pour le suivi post vaccination sera mis en place pour noter les effets secondaires.

Pour information, sont considérés comme prioritaires pour recevoir le vaccin contre le covid-19 au Burkina Faso, les personnels de santé, les personnels des Organisation non-gouvernementale (ONG) et du système des Nations unies, les personnes vivant avec une comorbidité ( les diabétiques, les hypertendus, les malades d’insuffisance rénale…) et les candidats aux pèlerinages. Sur le cas précis des pèlerins, Charlemagne Ouedraogo a laissé entendre qu’il est prévu 20 000 pour eux.

Le 2 juin prochain est retenu pour le lancement officiel de la campagne de vaccination au Burkina. Et au ministre de la santé de rassurer que les Centre hospitaliers universitaires, les Centre hospitaliers régionaux, les hôpitaux de district, les Centres médicaux avec Antenne chirurgicale, les Centres de Santé de Promotion sociale sont préparés pour la vaccination, qui faut-il le rappeler, est non-obligatoire mais « fortement encouragée » par le gouvernement.

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom