Crise sécuritaire : « Manifestement, il y a des gens qui ne sont pas à leur place » (ADF/RDA)

0

Le Burkina Faso connait depuis quelques mois, une montée en puissance des attaques terroristes. Rien que dans le mois de juin 2021, plus de 200 personnes ont été tuées par les groupes armés, occasionnant plus de 10 000 déplacés internes. Face à cette crise, le président du Faso s’est adressé à la nation ce dimanche 27 juin 2021. Dans cette adresse, Roch Marc Christian Kaboré a appelé à l’unité et à l’implication de tous les Burkinabè dans cette lutte contre le terrorisme. Un discours qui a suscité moult interrogations et réactions.

« Je dois dire que le discours du Président a été en deçà des attentes légitimes du peuple. Surtout après un si long silence. Cela m’apparaît être trop peu et tardif », a réagi Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF/RDA.

Pour le président du parti de l’éléphant, « ce discours devait contenir des actions concrètes et fortes qui redonnent confiance au peuple. » Il estime que « la situation est devenue intenable et (que) des lignes doivent bouger rapidement. »

Ainsi, Gilbert Noël Ouédraogo a affirmé que « manifestement, il y a des gens qui ne sont pas à leur place ». Mais, pense-t-il que « si les mesures qui sont attendues sont prises », les Burkinabè pourront « consolider l’unité en vue d’un combat pour sauver » la Patrie. « Il en va de l’existence même de notre pays. », martèle-t-il, prévenant qu’en dehors de cet objectif, « toute autre unité sera de façade ».

Pour terminer, le président de l’ADF/RDA a renouvelé son soutien « aux FDS, au VDP, aux lanceurs d’alerte et au peuple qui se mobilise pour sa survie ».

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom