Dialogue politique suspendu: Démission du premier ministre exigée par l’opposition

0

Le dialogue politique qui a été entamé le 17 juin a accouché d’une souris. Ce dialogue n’a, en réalité, pas tenu ses promesses. Les deux parties à l’issue des travaux qui se sont achevés ce 19 juin ont déclaré n’avoir pas trouvé d’accord sur certains points notamment sur le plan sécuritaire. Les travaux reprendront le 3 juillet prochain pour espérer trouver un consensus sur les points de désaccord. 

« C’est vrai, ce n’est pas honorable pour nous de dire que nous ne nous sommes pas entendus sur certains points. Mais c’est également juste », a déclaré d’entame de propos le Chef de file de l’opposition politique burkinabè (CFOP), Eddie Komboigo. « Sur le plan de la sécurité, au regard des résultats, au regard du nombre de morts et des déplacés, nous avons demandé la démission du premier ministre et de son Ministre de la défense mais la majorité ne nous a pas suivis dans cette position. Cela reste cependant notre position », déclare avec véhémence le chef de file de l’opposition politique. 

Aussi, celui-ci a relevé un autre point de divergence à savoir le processus de réconciliation nationale. « Pour ce qui concerne la réconciliation nationale, nous avons souhaité qu’à chaque niveau, nous puissions en discuter avant que le comité national d’orientation ne puisse siéger pour adopter définitivement le processus », a ajouté Eddie Komboigo. 

Simon Compaoré, représentant de la majorité présidentielle, a expliqué, pour sa part, qu’au menu des discussions au cours de ce dialogue politique, beaucoup de points se sont invités « et pour certains de ces points, les participants ont jugé bon de rechercher beaucoup plus d’informations avant de revenir échanger sur ces points ».

Pour des questions comme « l’introduction du suffrage universel dans l’élection des présidents des comités des conseils de collectivité, nous avons jugé nécessaire de revenir le 3 juillet pour en discuter », a expliqué Simon Compaoré. 

Hamadou Ouédraogo

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom