École nationale de santé publique : Plus de deux mois sans cours pour certains étudiants

1

Le Directeur général (DG) de l’Ecole nationale de Santé publique (ENSP), le Docteur Pargui Emile Paré a tenu une conférence de presse le vendredi 15 janvier 2021 à Ouagadougou. A l’ordre du jour, « la vie et l’avenir de l’institution » qui connaît des mouvements depuis maintenant deux mois.

D’emblée, le Dr. Pargui Émile Paré a exprimé sa satisfaction quant aux résultats engrangés depuis son arrivée à la tête de l’ENSP. Il note pour preuve le taux de certification au cours de l’année scolaire 2019-2020, estimé à 99,06 % soit 2 951 candidats admis sur 2 979. Mieux, « l’excellence a été une fois de plus au rendez-vous, car parmi les 14 lauréats nationaux, 11 sont issus de l’ENSP », s’est-il réjoui.

Des résultats bien appréciés par la direction de l’ENSP, qui, tout de même, n’entend pas rester là. Depuis 2018, à en croire le premier responsable de l’institution, l’école est dans une dynamique d’ « harmonisation des curricula des Infirmiers et Sages-femmes sous le format Licence-Master-Doctorat (LMD) » pour se conformer au référentiel en vigueur dans l’espace francophone de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). 

Emile Pargui Paré (micro) dit être disponible pour le dialogue qui permettra de trouver une solution à la crise

Par ailleurs, pour l’année scolaire 2020-2021, les priorités sont résumées à « l’adoption définitive des textes d’universitarisation et la préparation de l’ENSP à l’introduction du master », a relevé le DG de l’école. Nonobstant ce programme ambitieux, l’ENSP connait des remous ces dernières semaines.

Deux mois sans cours pour les étudiants de l’ENSP

Depuis maintenant deux mois, les étudiants ne bénéficient plus de cours à l’école nationale de santé publique. C’est le cas au niveau de la filière chirurgie qui, jusque-là, n’a plus eu de cours théoriques alors qu’au niveau de la filière anesthésie, c’est l’inverse. Une situation qui a été exacerbée par le comportement du DG de l’ENSP, selon les étudiants en mouvement.

Kaleb Sawadogo, DG des étudiants en mouvement souhaite qu’il y ait une concertation entre les différentes parties pour trouver une solution à la crise

En effet, de leurs explications, il ressort que le Dr Émile Paré a validé la soutenance d’une étudiante avec la note « acceptable », ce qui serait contraire aux règles en vigueur de l’avis « des encadreurs et certains membres de l’administration ». Conséquence, les enseignants refusent de dispenser les cours aux attachés de santé en anesthésie et partant, en chirurgie. Pire, alors qu’ils étaient envoyés sur le terrain de stage, « tous les étudiants anesthésistes ont été chassés depuis le 18 novembre 2020 jusqu’à maintenant », regrettent les concernés. Face à tout cela, le DG des étudiants de toutes les filières, Kaleb Sawadogo et ses camarades n’ont qu’un seul souhait : une concertation entre les différentes parties pour la reprise des cours.

De son côté, le DG Paré semble être déjà dans cette dynamique en affirmant sa disponibilité au dialogue, à échanger avec les enseignants pour trouver une issue à la situation.

Franck Michaël KOLA

Minute.bf

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom