Élections 2020 : La jeunesse du Centre satisfaite de sa contribution à l’apaisement

0

Le Conseil régional des Jeunes du Centre (CRJC) a organisé un dîner bilan de ses activités le dimanche 6 décembre 2020 à son siège sis à Ouagadougou. A l’occasion, le conseil a invité Luc Arnaud Compaoré, pour lui remercier pour ses différents soutiens pour la réalisation de ces activités. 

Conformément à son programme, le CRJC a organisé un certain nombre d’activités en faveur des jeunes des différents arrondissements de Ouagadougou et ses six communes rurales. Au titre de ces activités, « nous avons formé des jeunes filles pour qu’elles puissent adopter l’entrepreneuriat parce que nous savons aujourd’hui que la fonction publique ne peut pas absorber tous les jeunes diplômés », a fait savoir le président du CRJC, Fabrice Sawadogo, précisant que les jeunes du Centre ont également bénéficié de sensibilisation notamment dans la lutte contre pandémie de la covid-19.

Aussi, « pour les élections du 22 novembre dernier, dans presque tous les bureaux, les démembrements de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le conseil était représenté. Le conseil s’est investi à ce qu’il y ait des élections apaisées. Nous avons formé 100 jeunes ambassadeurs qu’on a mis sur le terrain pour sensibiliser afin qu’après les élections, les résultats soient acceptés de tous », s’est félicité le président du CRJC, satisfait de ces réalisation malgré les « maigres ressources » du conseil.

Luc Arnaud Compaoré signe qu’il mérite sa décoration pour service rendu à la nation

Parlant de ressources notamment, ce dernier n’a pas caché sa déception face au manque de financement dont le ministère de la jeunesse a fait montre à l’endroit de leurs activités. « Le conseil des jeunes est la première structure partenaire du ministère de la jeunesse, mais aujourd’hui, je le dis haut et fort, nous n’avons reçu que 50 000 francs de ce ministère durant ces trois ans. C’est clair qu’aujourd’hui, on ne peut pas dire qu’on a été accompagné par notre ministère, je le dis à votre micro et je l’assume », a déploré M. Sawadogo pour qui, cela témoignerait « peut-être d’un désintéressement, d’une mauvaise organisation » de la part du ministère de la jeunesse. Qu’à cela ne tienne, ce dernier s’est félicité d’avoir pu, avec ses camarades et avec le soutien d’autres personnes comme Luc Arnaud Compaoré, réaliser les activités suscitées.

L’occasion faisant le larron, le CRJC a adressé ses félicitations à M. Compaoré dont les mérites ont été reconnus par la nation. « Les autorités ont reconnu ses mérites, ses efforts pour les jeunes de la région du Centre et pour la population de manière générale et nous voulons le féliciter pour sa décoration et pour toutes les fois qu’il a eu le temps pour nous écouter, pour nous accompagner dans nos activités », a félicité Fabrice Sawadogo. Des félicitations à la grande satisfaction de M. Compaoré qui à son tour, a témoigné sa reconnaissance à l’endroit des jeunes.

Les jeunes ont déploré le fait que le ministère de la jeunesse ne les a pas beaucoup soutenu dans leurs activités

Critiqué pour sa décoration, Luc Arnaud Compaoré réagit

« Je suis venu témoigner ma reconnaissance à l’endroit du CRJC, pour le soutien à ma modeste personne pendant les élections du 22 novembre 2020 », a déclaré Luc Arnaud Compaoré, qui fort de ce soutien, a dédié sa distinction aux jeunes. Plus que cela, ce dernier a promis de continuer de se battre pour cette couche de la société. « Pour nous qui sommes jeunes, il est aussi important que nous puissions chaque fois travailler à ce que nos camarades soient heureux, soient satisfaits de nous », a-t-il confié avant d’ajouter, « mon challenge, c’est toujours d’être à côté des jeunes, de toujours travailler afin qu’ensemble nous puissions avoir des projets de développement pour les jeunes ».

En outre, parlant de sa décoration, M. Compaoré a saisi l’occasion pour répondre à ses détracteurs. « Quand je vois des gens qui s’excitent, je les trouve ridicules parce que quand l’ouvrier est en train de labourer le champ, il est en train de construire, on ne voit pas ce qu’il fait. C’est quand on décide de reconnaitre les mérites de cet ouvrier que vous allez voir des larbins se lever pour dire, il est venu quand? Il a commencé quand ? Il ne travaille pas. Pourtant, je ne pense pas que mes détracteurs ont un appareil de mesure de la capacité de la combativité dont je fais montre sur le terrain. Je ne pense pas que mes détracteurs, non plus, soient à mesure de me juger parce qu’aujourd’hui, je pense que sans me lancer des fleurs, avec ce que j’ai posé sur le terrain, cette reconnaissance vient à point nommé », a-t-il réagi, ajoutant que « personne ne peut empêcher le soleil de briller et nul ne peut dévier le plan de Dieu. Si Dieu arrange, personne ne peut gâter et si Dieu gâte, personne ne peut arranger ».

Luc Arnaud Compaoré estime que ces gens devraient chercher à lui « prendre peut-être comme modèle », au lieu de passer leur temps à vouloir le tirer vers le bas. « Ils ont tenté depuis des années, ça ne marche pas. Quand vous tentez depuis des années  de déstabiliser quelqu’un et que vous n’y arrivez pas, mieux vaut accompagner la personne », a-t-il conseillé.

Franck Michaël KOLA

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom