Filière Moringa : Les acteurs célèbrent la 5e édition

0

C’est sous le haut patronage de l’ambassadeur du Japon au Burkina, sous le parrainage du ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique et la présidence de Larlé Naaba Tigré, que le  Réseau ouest africain des chercheurs dans le domaine des substances naturelles (WANNPERS) et la filière Moringa du Burkina (FIMOB), ont célébré la 5e édition des journées promotionnelles Moringa à Ouagadougou, ce lundi 2 décembre 2O19 à Ouagadougou. Cette célébration a été placée sous le thème: « Les produits Moringa : quels équipements pour une production et une transformation qualitative? »

La filière Moringa a vu le jour au Burkina Faso en 2009. Cependant, « la visibilité des vertus du Moringa est beaucoup plus ancienne, voir millénaire et, l’appropriation de ces vertus par nos populations est progressive et croissante », à en croire le représentant de la Coordonnatrice du WANNPERS et de la FIMOB, D. Evariste K0NDE. En effet, cette appropriation de la part des populations passe par l’accompagnement technique de certains acteurs clés à l’image du ministère en charge de l’environnement. Celui-ci fournit auprès des acteurs de la filière Moringa des capacités formelles d’une meilleure insertion aux marchés national et international, conformément à la loi OHADA.

 A côté du ministère en charge de l’environnement, il y a également le ministère en charge de la recherche scientifique et de l’innovation qui, à travers ses services techniques notamment CNRST, FONRID, FONER, ANVAR…, accompagne les travaux scientifiques et promotionnelles. Ainsi, c’est dans un souci de « traçabilité et de qualité des produits Moringa» que tous ces partenaires s’accordent pour garantir aux consommateurs des produits à la hauteur de leurs attentes.

Par ailleurs, la tenue de cette 5e édition des journées promotionnelles du Moringa a été « particulièrement marquée par d’énormes difficultés de mobilisation de ressources financières». Cela serait causé par une situation nationale et internationale peu stable. Cependant, Evariste KONDE a réitéré son appel aux partenaires pour un accompagnement de la filière afin qu’elle puisse connaître ses lettres de noblesse. Il a, pour finir, invité les acteurs à se mobiliser autour de leur filière.

Elisée TAO (Stagiaire)

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom