Forces étrangères au sahel: il faut sauver le soldat Cherif (Edito)

4
505 vues
Moumina Cherif Sy, ministre de la Défense nationale du Burkina


Les pays africains comme le Mali, le Burkina, et le Niger sont des pays particulièrement meurtris par les attaques terroristes. Les armées de ces pays ont du mal à contenir les multiples attaques perpétrées par les terroristes sur leurs territoires. Qu’est-ce qui manque aux armées de ces pays africains pour se débarrasser du phénomène ? Des moyens ? De la formation ? Peut-être !


En effet, l’actualité est marquée par la dernière sortie médiatique du ministre de la défense burkinabè qui se pose des questions sur l’impact de la présence de la force française dans le sahel. Dans une interview accordée à l’hebdomadaire sud-africain, Mail & Guardian, Cheriff Moumina Sy affirmait : «Les Français ont près de 4 000 hommes dans la région, ils disposent de toutes les ressources militaires et technologiques, aussi suis-je étonné qu’ils n’aient pas été en mesure d’éradiquer cette bande de terroristes ».


La sincérité de l’aide étrangère en doute


L’apport substantiel de la force française Barkhane est ici remis en question. Aussi, est-il légitime de se poser des questions sur l’aide militaire étrangère. Si l’aide militaire étrangère était vraiment sincère, il serait plus judicieux d’appuyer nos pays respectif en armement et pour qu’elles puissent combattre cette hydre terrorise. Si l’aide était sincère, il ne coutait rien à ces pays aux armées expérimentées d’assurer une bonne formation aux armées africaines afin qu’elles soient plus aptes à juguler le phénomène du terrorisme elles-mêmes.


La portée de la sortie médiatique de Chériff Sy


Seulement ce n’est pas si simple que cela. Il y a dans cette lutte contre le terrorisme des enjeux stratégiques et géopolitiques qui ne disent pas leurs noms. C’est donc en droit que Moumina Chériff Sy s’interroge sur un éventuel « agenda caché » des forces étrangères présentes au Sahel. Comment peut-on comprendre que malgré la présence de ces forces étrangères au Mali, au Burkina et au Niger, quadrillant presque la totalité du sahel, de groupuscules de terroristes arrivent toujours à semer le chaos et la désolation ?


Cheriff Sy dans la même interview à notre confrère : « Nous nous posons beaucoup de questions : s’ils le voulaient vraiment, ils auraient pu les battre, alors, ont-ils d’autres priorités ? ». Une question qui peut créer un incident diplomatique avec la France de l’avis de certains analystes. Il a donc fallu un courage à la Sankara que dis-je à la Moumina Cheriff Sy pour poser une telle question. Certes ce n’est pas diplomatiquement très correct mais cette question a le mérite de mettre ces forces étrangères dos au mur. Ils ont désormais obligation de résultat au risque d’être davantage discrédités. Maintenant, la question qui se pose est de savoir si les déclarations de Cherrif Sy ne vont pas se retourner contre lui. Surtout que les pays indexés ont toujours une très forte influence sur les présidents de nos pays. Ceux qui osent mettre le sable dans le couscous de ces puissants pays étrangers sont soient traqués, soient anéantis. Il faut donc sauver le soldat Cherif.

La Rédaction
Minute.bf

4 COMMENTAIRES

  1. Sy à entièrement confiance aux peuple africain en particulier Burkinabé (vous pouvez tu un Sankara mais plusieurs seront nés q allez vous faire)si Après un remaniement Sy est remplacé Rock vas regretté il subira la colère des Burkinabé et aucune nationalité Française ne sera épargnée ils vont marché sur l Ambassade de la France

  2. Je pense que c’est votre analyse et vos questionnements qui sont intentionnés. C’est vraiment à l’image du passant qui a rappelé au fou en dispute avec une femme qu’il pouvait la mordre. Et ce fut fait. Vous avez une responsabilité à assumer en tant que journal.

  3. Pourquoi aurons- nous peur de la vérité ? pendant que nous condamnons le mouta mouta. Quand on aime la vérité, on ne regarde pas le visage de celui qui est en face.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom