Korsimoro: Vives tensions autour d’un projet de construction d’une cité

0

Le village de Raguitenga dans la commune de Korsimoro, province du Sanmatenga (Centre-Nord) a été choisi pour l’érection d’une cité de développement qui devrait coûter environ 15 milliards de FCFA. Même si aujourd’hui, il y a eu des compromis entre populations du village et le conseil municipal de Korsimoro qui porte le projet, force est de constater qu’il y a toujours des tensions. Les promesses annoncées tardent à venir et les populations alertent sur une probable spoliation de leurs terres par la mairie.

C’est une crise foncière qui couve dans le village de Raguitenga. Et si rien n’est fait, les jours à venir risquent d’être en ébullition. En effet, selon les explications du Tengsoaba, le Raguitenga Naaba que Minute.bf a rencontré le mardi 25 août 2020, avant le bornage, les porteurs du projet avaient promis de dédommager chacun des villageois qui seront impactés par le projet avec la somme d’un million de FCFA. Egalement, pour chaque hectare utilisé, deux parcelles seront attribuées aux propriétaires terriens. Des promesses qui devraient même se concrétiser au plus tard le 15 août 2020, date reprogrammée après celle de juillet 2020 qui a été infructueuse.

Mais à une semaine de la fin du mois d’août, aucune lueur d’espoir pour les villageois. « Si nous ne voyons pas de parcelles et notre argent, nous n’allons jamais accepter qu’on racle nos terres pour la construction de la cité. Si les promesses ne se réalisent pas, personne n’acceptera que sa cour soit détruite pour la construction d’une quelconque cité », prévient Tengsoaba le Raguitenga Naaba. « Si nous voyons des Caterpillars ici pour démolir nos maisons et que nous n’avions rien reçu des promesses, des gens vont nous rencontrer sur leur chemin », a-t-il aussi menacé.

Tengsoaba le Raguitenga Naaba doute de la sincérité du conseil municipal de korsimoro sur les promesses de dédommagement des populations impactées par le projet

Cri de cœur

Lire aussi: Construction de la cité communale à Raguitenga: Des jeunes demandent la remise à plat des négociations

Pour rappel, 140 hectares du Tengsoaba le Raguintenga Naaba et ses populations sont concernés par ce parcellement. « Les porteurs du projet ont dit qu’ils vont venir nous dédommager avant de passer au bornage. Mais le bornage a été fait et jusque-là, nous n’avons rien reçu. On nous a aussi dit que les paiements se feront d’ici le 15 Août 2020, mais nous sommes en fin du mois et rien n’a été fait actuellement. Ils ont aussi intimé l’ordre de ne pas semer en cette saison des pluies car nos champs seront utilisés pour la construction de la cité. Certaines personnes n’ont pas semé. Mais d’autres l’ont fait. Certains semis ont été tardifs, malheureusement. Jusque-là, personne n’a reçu l’argent. Que va-t-on devenir si après les récoltes, certaines personnes n’ont plus rien à manger parce que n’ayant pas semé ? », s’interroge le chef coutumier. « Déçu », il interpelle les autorités compétentes sur la situation qui prévaut dans son village. « Je demande au président du Faso, au gouvernement, au procureur du Faso, au ministre de la justice, à intervenir sur cette question car ce qui est en train de se passer va beaucoup nous nuire », a-t-il lancé.

L’équipe de Minute.bf a aussi rencontré Jacques Ousseni Ouédraogo, maire de la commune de Korsimoro. Il a fait savoir qu’il s’agit d’un projet de développement pour sa commune. A l’entendre, c’est un projet qui est né de la volonté du conseil municipal de Korsimoro de travailler pour le développement de la commune. Pour lui, il s’agit là d’une chance que le conseil de Korsimoro a pu avoir et saisir, pour la construction de cette cité. Des techniciens de Korsimoro ont eu, dans leur chemin de recherche ou d’étude approfondie, une expérience marocaine qu’ils ont voulu transporter au Burkina, a-t-il expliqué. « Notre chance est que nous avons été les premiers à les croiser. Quand ils ont expliqué le projet, nous avons vu qu’on pouvait faire chemin ensemble parce que c’est une histoire d’espace, et Korsimoro a toujours de l’espace. C’est un grand projet qui pourrait changer l’avenir des enfants de Korsimoro. Ce sera une cité comme les autres mais pas pour un seul individu. Ce sera pour l’ensemble des fils et filles de Korsimoro. C’est un projet qui va générer de l’argent et cet argent sera utilisé pour le développement de la commune », a détaillé Jacques Ousseni Ouédraogo.

Jacques Ousseni Ouedraogo, maire de la commune de Korsimoro rassure les populations de Raguitenga que les promesses seront tenues

Pour la question du paiement des sommes de dédommagement aux propriétaires terriens consentis par les porteurs du projet, le maire Jacques Ouédraogo assure que tout sera fait dans de brefs délais. « Notre partenaire technique est en train de faire l’état des paiements des différentes composantes concernées par ce projet », a-t-il rassuré.

Dans la vidéo ci-après, le Tengasoaba Raguitenga Naaba attire l’attention des autorités compétentes sur ce qui se passe dans son village et appelle à l’aide pour éviter que l’on tombe dans une crise foncière. Le maire, de son côté rassure que les promesses seront respectées et que le paiement sera fait dans un bref délai. Nous vous proposons les différentes interventions…

Korsimoro est une ville située dans la province du Sanmatenga, au Burkina Faso dans la région du centre-nord et ancienne capitale du royaume de Boussouma. Il abrite le marché royal de Boussouma ainsi que les tombes royales. Il est traversé par la Route nationale N°3 et est situé à environ 70 kilomètres de la capitale burkinabè.

Armand Kinda
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom