Ma Thèse en 180 secondes: Joëlle Yougbaré de l’Université Joseph Ki-Zerbo sacrée lauréate

0

Le dénouement de la finale de la 3ème édition du jeu concours « Ma thèse en 180 secondes », initié par l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a eu lieu dans l’après-midi du 1er juillet 2021 à l’Université Joseph Ki-Zerbo. Joëlle Yougbaré a été désignée lauréate par les cinq membres du jury à l’issue d’une séance de délibération qui a durée plus d’une heure. 

C’est Joëlle Raymonde Yougbaré qui représentera le Burkina Faso à Paris pour la grande finale internationale du concours « Ma thèse en 180 secondes ». Elle s’est illustrée lors de la finale locale à Ouagadougou face à 9 autres candidats. Le représentant de l’Agence Universitaire de la Francophonie au Burkina, Théophile Ouangrawa a rappelé que « Ma thèse en 180 secondes » est un concours international de vulgarisation scientifique ouvert à des doctorants francophones. Les doctorants doivent présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant(e) doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Une première phase est d’abord effectuée dans chaque pays puis les différents vainqueurs de chaque pays se retrouvent à Paris pour la grande finale internationale. 

Ils étaient 70 candidats au départ au Burkina Faso. 10 sont arrivés en finale.
Avec son thème : « Effets du bouillon d’assaisonnement industriel et du bouillon traditionnel (Soumbala) sur la fonction de reproduction », Joëlle Yougbaré a fait l’unanimité face au jury.

La lauréate a reçu un chèque d’un million de francs CFA, plus un ordinateur et plusieurs gadgets des partenaires. À cela, s’ajoute un billet d’avion aller-retour offert par l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) pour son voyage pour la grande finale à Paris. Joëlle Yougbaré est suivie de deux autres candidats qui ont remporté les deuxième et troisième prix composés d’ordinateurs et des enveloppes financières.

Théophile Ouangrawa explique la quintessence du concours « Ma thèse en 180 secondes »

Des explications, le directeur du Campus numérique francophone, représentant de l’Agence universitaire de la Francophonie au Burkina, Théophile Ouangrawa, « le concours vise à renforcer les compétences des jeunes docteurs en communication, mais  aussi à leur permettre de vulgariser leur thèse ». 

Il a aussi soutenu que cela permet de « les mettre dans un réseau de jeunes chercheurs au niveau national et au niveau international ». Pour lui, en soutenant cette compétition, « l’AUF accompagne ses universités membres à relever le défi lié à la qualité de l’enseignement supérieur, à la recherche, à la bonne gouvernance et tout ce qui a trait au renforcement des capacités de ces universités ». 

En outre, il a indiqué que « la finale internationale est une compétition de haut niveau » avant de rassurer qu’avant que la candidate ne parte à Paris pour représenter le Burkina, elle sera formée par les experts de l’AUF.

La lauréate, elle, a dit sa joie d’avoir été la meilleure parmi les dix finalistes au Burkina. Elle a fait savoir que son objectif était avant tout de vulgariser le résultat de ses travaux et cette compétition vient à point nommé pour lui permettre d’arriver à la vulgarisation de sa thèse. Elle a donc promis, pour terminer, de remporter la finale internationale à Paris.

Hamadou Ouédraogo

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom